NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Voiture électrique : Renault prépare sa Zoe

Voiture électrique : Renault prépare sa Zoe
La Zoe, petit bijou technologique 100 % électrique.
Renault lance sa voiture électrique

Alors que sa filiale japonaise Nissan prévoit le lancement de sa « Leaf » en 2010, Renault compte bien rester à la pointe de la technologie verte en Europe. Le lancement de son nouveau véhicule électrique est prévu en 2012. Le site de Flins-sur-Seine a été désigné pour mener le projet de la Zoe, petite citadine totalement électrique qui nourrit les attentes des passionnés de l’automobile. Gros plan sur cette belle aventure.

Avec l’usine Peugeot située à Sochaux-Montbéliard, le site de Renault-Flins est sûrement une des références dans l’histoire de l’automobile en France. Après la fermeture de l’usine Renault à Boulogne-Billancourt, l’usine de Flins est la plus ancienne du groupe Renault. Située dans les Yvelines à une quarantaine de kilomètres de Paris, elle était déjà entrée dans l’histoire pour avoir produit en série la mythique Dauphine (plus de deux cent cinquante milles véhicules vendus en 1958). Lieu hautement symbolique de la vie ouvrière sous les Trente Glorieuses, Renault-Flins a même reçu la visite de la Reine Elizabeth II en 1957 et de Nikita Khroutchev deux ans après, avant de devenir une citadelle phare pendant Mai 68 (le travail y sera interrompu jusqu’en juin) et un véritable vivier de la grogne sociale qui gagnait alors la France.

Mais après avoir employé près de dix milles salariés dans les années soixante, le site des Yvelines n’emploie maintenant qu’un peu plus de trois milles personnes, et ne produit plus que les modèles Clio sur une seule chaîne de montage. La mondialisation est passée par là et le groupe a préféré délocalisé à l’étranger afin de s’offrir une main d’œuvre nettement moins chère. Mais à cause du désastre écologique qui se profile et à cause de la nécessité absolue d’innover pour se relancer après la crise économique, Renault-Flins peut redevenir le centre de toutes les attentions parce qu’il produira en 2012 la Zoe, un modèle entièrement électrique.

Zoe : Renault veut frapper un grand coup

Il ne s’agit pas de réduire les émissions de CO2 de 20% à 30%, mais de mettre sur la route des véhicules qui n’émettent pas du tout de CO2“. Cette déclaration de Carlos Ghosn résume à elle seule les nouvelles ambitions du groupe Renault qui entend bien incarner la « rupture » et devenir le leader des technologies responsables. A cet égard, la Zoe a tout d’une grande, pour reprendre le slogan que chacun connait. N’utilisant que l’énergie électrique, elle a été conçue pour rouler en milieu urbain. Longue de quatre mètres dix, dotée d’un moteur de soixante-dix KW, elle a une autonomie de cent-soixante kilomètres et peut atteindre cent-quarante kilomètres / heure. Parfaite pour les petits trajets donc (lieu d’habitation – travail, faire les courses, etc.). Les ingénieurs de chez Renault seraient encore en train de plancher sur les commandes tactiles intégrées au tableau de bord ainsi que sur la diffusion d’huiles essentielles pour décontracter le conducteur et ses éventuels passagers…

De quoi recharger les batteries !

L’ambition de Carlos Ghosn est d’atteindre en France un parc de deux millions de voitures électriques d’ici à 2020, soit soixante pour cent du marché. Ce projet ne se limite pas seulement aux véhicules mais concerne également les batteries. Renault-Flins aura en effet la responsabilité d’assurer l’industrialisation et le reconditionnement des batteries électriques, c’est-à-dire de les recycler afin qu’elles servent dans d’autres unités de stockage d’énergie pour les hôpitaux ou les autres usines. Ainsi, il est prévu de produire cent milles de ces batteries par an.

Christian Estrosi, notre ministre de l’industrie, était présent ce jeudi 5 novembre 2009 lorsque le président de la marque au losange a affiché ses objectifs. Le ministre a rappelé que grâce au FSI, le projet bénéficiait de cent vingt millions d’euros. Il a également rappelé que neuf cents millions d’euros ont été consacrés à la mise en place de bornes électriques, et que les particuliers pourront bénéficier de cinq milles euros pour acheter un véhicule électrique. Il a enfin conclu : « le développement du véhicule électrique répond pour le gouvernement à un enjeu majeur à double titre : enjeu de développement durable, enjeu stratégique pour notre industrie automobile qui doit prendre aujourd’hui le virage du véhicule électrique si elle veut rester compétitive demain. L’écologie n’est pas l’ennemi de l’industrie en général et de l’industrie  automobile tout particulièrement. Bien au contraire, c’est son avenir ! ».

Si les pouvoirs publics et le fleuron de l’industrie automobile française sont à l’unisson pour développer le véhicule électrique, les ambitions de M. Ghosn n’ont alors rien d’irréalisables.

Crédit photo : Renault
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !