NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Voiture électrique : la France y croit

Voiture électrique : la France y croit
Sénateur-maire UMP de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), Louis Nègre (avec le micro) est un fervent défenseur de la voiture électrique.

Organisées à Nice (Alpes-Maritimes) à la veille d’une manche du Trophée Andros électrique, les deuxièmes Rencontres de l’éco-mobilité ont réuni de hauts responsables d’EDF, Siemens et Saft, numéro un mondial des batteries de haute technologie. Trois acteurs majeurs d’une filière qui ne demande qu’à grandir.

Aucun représentant de constructeurs n’a fait le déplacement mais le toujours volubile Louis Nègre, lui, tenait à être présent. L’enthousiasme et la détermination du sénateur-maire de la ville voisine de Cagnes-sur-Mer (UMP), véritable « monsieur électrique » du Parlement (NDLR : il a notamment rédigé, avec le concours d’ingénieurs pour la « partie technique » de l’ouvrage, un « livre vert » sur la filière à l’adresse des décideurs), ont fait chaud au coeur de l’auditoire. Il n’a pas volé son ovation et lui a surtout offert un scoop : les douze villes et agglomérations-pilote qui ont déployé ou vont déployer des infrastructures de recharge sur leur territoire [Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Angoulême (Charente), Bordeaux (Gironde),  Grenoble (Isère), Le Havre (Seine-Maritime), le Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle), Nice, Orléans (Loiret), Paris, Rennes (Ille-et-Vilaine), Rouen (Seine-Maritime) et Strasbourg (Bas-Rhin) ] auront droit à un coup de pouce gouvernemental de cinquante millions d’euros, soit 50 % du coût total estimé.

Un soutien qui ne sera évidemment pas de trop pour se conformer à l’objectif étatique de deux millions de voitures électriques et hybrides en circulation dans nos frontières à l’horizon 2020. La France voit-elle trop grand, alors que les ventes sont en toute objectivité actuellement marginales et que le contexte économique n’est pas – doux euphémisme – nécessairement favorable au lancement de desseins aussi spectaculaires, d’autant que celui-ci en particulier est novateur à bien des égards ? Il ne sera quoi qu’il en soit pas dit qu’elle aura renâclé à faire souffler un vent de fraîcheur sur l’automobile, comme en témoigne également le maintien du bonus écologique offert aux propriétaires de véhicules propres, du reste souligné par M. Nègre, selon lequel la stratégie gouvernementale est citée en exemple au Japon. Tokyo attendrait cependant de voir comment elle sera appliquée.

« Ne nous arrêtons pas au milieu du quai »

« J’ai vu ce qu’il s’est passé dans la filière photovoltaïque (NDLR : plusieurs milliers d’emplois ont été supprimés, notamment dans les PME, après le moratoire gouvernemental de trois mois sur les projets de trois kilowatts crête (KW). Rappelons que les pouvoirs publics souhaitaient instaurer un nouveau cadre de développement, plus favorable à EDF celui-ci) et j’ai dit “on a une très bonne notoriété mondiale, on est reconnus […], il y a une volonté gouvernementale alors, de grâce, ne nous arrêtons pas au milieu du quai et faisons en sorte que ce volontarisme puisse se poursuivre à moyen voire à long terme” », a déclaré le sénateur, relatant la genèse du « livre vert » et pas peu fier de s’être vu mettre à disposition pendant un an une Renault Fluence ZE qu’il dit emprunter pour tous ses déplacements dans le département depuis le 14 décembre. Cette voiture « ne fait aucun bruit, or il s’agit de la nuisance numéro un pour les Français », a par ailleurs rappelé M. Nègre, pour qui le véhicule électrique a des « bénéfices collatéraux non négligeables », notamment en matière de santé publique.

Et d’ironiser sur la prétendue dangerosité des modèles décarbonés, qui n’ont pas plus de raisons d’exploser que leurs homologues thermiques, et doit surtout être évaluée à l’aune des niveaux de particules fines, supérieurs aux seuils fixés par les institutions européennes dans pléthore d’agglomérations françaises. Un phénomène incontestable, qui « touche d’abord les deux parties de la population les plus vulnérables, c’est-à-dire les enfants et les personnes âgées », et fait chaque année quarante mille victimes dans l’Hexagone si l’on en croit les travaux de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). D’où l’intérêt selon M. Nègre de prendre des dispositions ambitieuses et courageuses en amont pour faire baisser ce chiffre, qui représente environ dix fois le nombre de tués sur les routes chaque année, étant entendu que l’État consent des efforts colossaux en matière de prévention et de sécurité routière. Et ce même si, en matière de coût et d’autonomie, les deux talons d’Achille des opus zéro émission, « il faut annoncer la couleur » aux usagers.

Des prédictions diverses

Pierre angulaire de la mobilité durable, elle-même vectrice d’assainissements, de verdissements et grande aventure écologique de ce début de millénaire, la voiture électrique est aussi une affaire sérieuse pour EDF, Siemens et SAFT. Chacun à leur manière, ces trois-là jouent leur partition pour contribuer à son essor, qui sera néanmoins très progressif si l’on en croit les scénarios proposés par l’Agence internationale de l’Énergie (AIE), laquelle sait pertinemment que 2012 sera une année cruciale pour l’avenir de l’automobile propre. Elle souligne également que trente mille exemplaires seulement se sont vendus dans le monde l’an passé, alors que la plupart des experts tablait sur quarante mille. La faute entre autres à certains problèmes de fiabilité, incarnés par les soucis rencontrés récemment par la Chevrolet Volt, et aux difficultés logistiques auxquelles Nissan a dû faire face après le tsunami.

L’AIE est en outre persuadée que, sans subventions élevées des gouvernements (entre deux et trois milliards d’euros par an jusqu’en 2020), les ventes de voitures électriques auront du mal à décoller.  Ces dernières devraient d’après elle peser 1 % des parts du marché dans dix ans – très loin de la prophétie du PDG de Renault Carlos Ghosn, pour qui elles représenteront 10 % des véhicules en circulation – mais l’Agence table tout de même sur sept millions de ventes annuelles à compter de la prochaine décennie et cent quatre-vingt à partir de 2050.

D’une manière générale, l’AIE considère indispensable le développement de la filière dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, d’autant que le traité contraignant qui doit succéder au Protocole de Kyoto n’est toujours pas à l’ordre du jour. Une autre bonne raison de « valider » les orientations du trio précité. Le green business représente environ un tiers du chiffre d’affaires de Siemens, qui a tourné le dos au nucléaire, détient le leadership mondial sur l’éolien et entend jouer un rôle majeur dans l’éco-mobilité. Le groupe EDF, qui a associé des sociologues à sa démarche pour mieux comprendre les réactions des consommateurs, affirme lui aussi qu’elle est essentielle dans sa stratégie, en partie parce qu’il a vocation à travailler sur le stockage de l’énergie, et estime que l’heure est venue de consommer moins et mieux. Il est déjà parti prenante de plusieurs projets, à Strasbourg notamment – il fournit les infrastructures de recharge pour la nouvelle Toyota Prius -, et a noué des partenariats avec BMW et Renault. Quant à la société SAFT, elle mise sur trois voire quatre millions de voitures électriques en France à l’horizon 2020 ou 2025. Une prédiction optimiste fondée sur le développement futur de plates-formes électriques par les constructeurs et par l’avènement programmé du stop and start, système qui présage d’une électrification. L’entreprise, qui compte une usine en France et une autre en Floride (États-Unis), ne doute par ailleurs pas que les coûts vont baisser quand les volumes arriveront.

Comme les autres, si elle est pleinement consciente que beaucoup reste à faire, elle est aussi convaincue que le pari de l’électrique, bien que sa réussite suppose de profonds changements comportementaux, vaut le coup d’être tenté. Aux niveaux sociétal et écologique en attendant que la rentabilité soit au rendez-vous.

Crédits photos : Guillaume Duhamel
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/voitures/id3331100 Voitures by zegreenweb – Pearltrees

    [...] Voiture électrique : la France y croit | zegreenweb Un soutien qui ne sera évidemment pas de trop pour se conformer à l’objectif étatique de deux millions de voitures électriques et hybrides en circulation dans nos frontières à l’horizon 2020. [...]

  • Laurent

    Vive la voiture électrique !

  • Vincent

    Avec tout ça on va énormément augmenter notre consommation d’électricité !

  • Ganou

    La voiture électrique c’est pas mieux que la voiture à essence ! La voiture électrique pollue aussi, pas de la même manière que la carburant, elle pollue car elle va générer des déchets nucléaire. Il va falloir aussi pour faire face  construire de nouvelles tranches nucléaires recharger des milliers de voitures . En résumé, toute dépense d’énergie produit des déchets dans l’environnement, même la voiture électrique.

  • daniel d

    La marche à pied pollue aussi : On transpire, on pue, il faut laver les vêtements sales, ça fait consommer de la lessive et de l’électricité pour les machines à laver, les sèche-linges et les fers à repasser…Rien n’est simple !

  • Rcrd

    Euuuh 50 MILLIARDS vous êtes sur de ce que vous avancez là ?

  • http://www.scoop.it/t/mobilite-durable/p/963165416/voiture-electrique-la-france-y-croit-zegreenweb Voiture électrique : la France y croit – zegreenweb | Mobilité durable | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – Today, 5:56 [...]

  • http://www.scoop.it/t/batterie-electrique/p/969716680/voiture-electrique-la-france-y-croit-zegreenweb Voiture électrique : la France y croit – zegreenweb | Batterie électrique | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – Today, 5:53 [...]

  • visiteur

    Errare humanum est…surtout en ces temps où l’on parle de milliards de dettes et de milliards empruntés ;-) )

  • http://www.scoop.it/t/champion-green-it-france-belgique/p/971542706/voiture-electrique-la-france-y-croit-zegreenweb Voiture électrique : la France y croit – zegreenweb | Champion Green It "FRANCE BELGIQUE" | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – Today, 8:55 [...]

  • lb

    Apparemment le chiffre a été rectifié.

  • Plutot92

    Le plus grotesque dans cette info, c’est que la ville de Paris – citée dans la liste des villes recevant ce “coup de pouce” pour développer  les infrastructure de recharge – projette … de démanteler les bornes actuellement en service!