NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Boeing et EADS à l’heure des biocarburants

Boeing et EADS à l'heure des biocarburants
EADS présente cette semaine à l'occasion du Salon de l'aviation à Berlin un Diamond DA42 alimenté par un kérosène produit à 100 % à partir d'algues

Les deux plus grands constructeurs aéronautiques mondiaux, qui se disputent les faveurs des compagnies depuis maintenant près de quatre décennies (NDLR : aux dernières nouvelles le groupe de Seattle a enregistré cent onze commandes nettes entre janvier et mai, soit trente-huit de plus que son principal concurrent), ont annoncé la même chose le même jour : l’un et l’autre testeront des biocarburants sur certains de leurs appareils.

L’avionneur européen a même officialisé vendredi la présentation cette semaine au Salon de l’aviation à Berlin d’un bimoteur Diamond DA42 alimenté par un kérosène produit à 100 % à partir d’algues. « C’est une première mondiale », a affirmé Jean Botti, directeur de la technologie du groupe EADS (European Aeronautic Defence and Space Company), à nos confrères du quotidien allemand Die Welt.

« Je serais extrêmement heureux si d’ici à 2040 nous pouvons faire voler 10 % de notre flotte grâce à nos agrocarburants », a-t-il ajouté, dans un contexte favorable au développement des carburants alternatifs dans l’aviation civile, ainsi qu’en témoignent notamment l’accord scellé en novembre dernier entre quinze compagnies et le producteur de biocarburant américain AltAir et le partenariat British Airways-Solena pour la construction d’une usine de production de kérosène conçu à partir de déchets.

« Réduire nos émissions de CO2 de moitié d’ici à 2050 »

En attendant, l’aéronef présenté dans la capitale allemande effectuera des vols quotidiens tout au long d’une manifestation dont il est appelé à être l’une des grandes attractions.

Régulièrement critiqué pour ses contributions aux émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) et à la pollution sonore, le secteur du transport aérien paraît désormais réellement disposé à les diminuer. « Nous nous sommes donnés pour but de réduire nos émissions de CO2 et nos émissions de bruit de moitié d’ici à 2050 », a du reste déclaré M. Botti.

Boeing a quant à lui annoncé par la voix de Dennis Muilenburg, responsable du département Défense, Espace et Sécurité du groupe, qu’il allait investir dans une technologie destinée à permettre à quelques-uns de ses avions militaires et de combat de voler « propre ». Une décision motivée par le vol d’essai concluant d’un F18 Hornet, alimenté à hauteur de 50 % par un carburant élaboré à partir d’extraits d’algues et d’huile de cameline.

Airbus (filiale à 100 % du groupe EADS) et Boeing devraient continuer à se partager l’essentiel du très gros gâteau de la construction aéronautique pendant de longues années. Les considérations écologiques, elles, s’immiscent sûrement dans leur cogestion des affaires aériennes. Les carburants « verts » arrivent donc aussi dans ces réservoirs. Reste à savoir s’ils ont un impact environnemental en amont et dans quelles proportions une déferlante massive peut réduire les rejets carbone.

Crédit photo : Wikimedia commons – Georges Seguin
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !