NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Trafic de déchets toxiques : Fortes présomptions sur une entreprise marnaise

Trafic de déchets toxiques : Fortes présomptions sur une entreprise marnaise
L'entreprise marnaise D3E Recyclage a loué pendant deux ans trois entrepôts dans lesquels s'entassaient centaines de déchets non dépollués prêts à l'exportation. Les gendarmes effectuaient à l'origine une enquête sur une dissimulation de salariés dans cette société décidément très condamnable.

Ça fait franchement désordre alors que les particuliers dans leur ensemble ont de plus en plus recours au tri sélectif et s’emploient à réduire autant que possible leur consommation de déchets.

Les déchets et leur gestion, l’une des priorités du Grenelle de l’environnement mais manifestement pas celle de la mal nommée D3E Recyclage, une entreprise basée à Vitry-le-François (Marne) soupçonnée par la gendarmerie d’avoir organisé un trafic de « rebuts » électroniques non dépollués à destination de l’Asie et de l’Europe de l’Est.

« Entre dix et vingt tonnes de déchets par semaine étaient collectées par l’entreprise (NDLR : auprès de particuliers et d’administrations) depuis près de deux ans, et presque tous contiennent des produits hautement toxiques comme du plomb ou du cadmium », a précisé le chef d’escadron Cyril Martin, commandant de la gendarmerie de Vitry-le-François.

Des écrans de télévision et d’ordinateurs, des unités centrales de PC, des circuits imprimés qui comme l’exige le code de l’environnement devaient être dépollués avant d’être exportés mais que les dirigeants de D3E Recyclage ont semble-t-il préféré stocker dans trois entrepôts de cinq mille mètres carrés chacun loués par leurs soins, dans l’attente d’être écoulés illégalement à l’étranger. Une perquisition effectuée à Pargny-sur-Saulx au domicile du gérant, pour le moment entendu comme témoin au sujet de ses manquements à la réglementation, a  par ailleurs permis la saisie de documents relatifs aux exportations et au fonctionnement de l’entreprise.

Un client qui venait avant-hier prendre possession d’une cargaison illicite a enfin été entendu par les enquêteurs, tout comme le personnel, dont il est reste à savoir s’il était au courant des pratiques éco-irresponsables suspectées par les autorités.

Autres inconnues sur lesquelles ces dernières vont tenter de lever le voile, avec peut-être la coopération du personnel dirigeant : le volume exact de déchets non dépollués qui ont été illégalement exportés, leurs destinations et les bénéfices financiers que ce trafic a permis de dégager. Tout porte à croire qu’ils sont considérables.

Crédit photo : Flickr – Extra Ketchup
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !