NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Séoul verdit ses transports en commun

Séoul verdit ses transports en commun

La capitale de la Corée du Sud compte aujourd’hui près de dix millions d’habitants, ce qui fait d’elle la quatrième ville la plus peuplée du monde derrière Tokyo (Japon), Mexico (Mexique) et Sao Paulo (Brésil). Séoul a par conséquent un système de transports en commun particulièrement développé. Et plutôt bien organisé…

La banlieue de Séoul étant très étendue, le réseau compte pas moins de deux cents lignes d’autobus. Les « bus villages » amènent les habitants des périphéries jusqu’aux stations de métro. Ils doivent cependant se frayer un chemin dans les rues constamment encombrées de la ville. Le métro de Séoul, lui, est actuellement l’un des plus importants au monde avec plus de huit millions de passagers par jour. Dans le même temps plus de trois millions de véhicules circulent quotidiennement dans la capitale sud-coréenne, d’où des embouteillages permanents et bien entendu une pollution importante. La Corée du Sud demeure par ailleurs largement dépendante des importations des énergies fossiles, d’où des investissements importants dans les technologies de batteries rechargeables et les énergies renouvelables.

Objectif cent vingt mille véhicules électriques d’ici 2020

Séoul peut aujourd’hui se vanter d’avoir mis en place une flotte de bus électriques pour faire face à la pollution et réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les bus nouvelle génération, longs d’une dizaine de mètres, peuvent parcourir un trajet d’environ cent kilomètres sur une seule charge de trente minutes. Les batteries au lithium-ion sont les mêmes que sur une voiture hybride et ils peuvent atteindre une vitesse maximale d’environ 100 km/h. A cela il faut ajouter le faible poids de la carrosserie du bus, fabriquée à partir de matériau composite, ce qui augmente son efficacité énergétique.

Sur les quatorze bus qui roulent autour de la fameuse montagne Namsan, cinq ont déjà été remplacés par des bus électriques. Un projet de partenariat entre le constructeur asiatique Hyundai Heavy Industries et Hankuk fiber est aussi en voie de concrétisation. Il devrait permettre à court terme de remplacer toute la flotte des vieux autobus par des véhicules électriques plus respectueux de l’environnement.

Les autorités municipales se sont enfin fixées comme objectif de faire rouler cent vingt mille véhicules électriques à l’horizon 2020 (d’ici là la moitié de la ville devrait être équipée de bus électriques). Un but réaliste dans la mesure où le pays a énormément progressé économiquement et technologiquement ces quarante dernières années.

Il n’y a peut-être plus très loin d’ici à ce que sa capitale devienne un exemple à suivre en matière de gestion des transports. Les mesures prises ces derniers mois méritent en tout cas une certaine inclination.

Crédits photos : wikimedia commons - johannes barre/ patriotmissile
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • https://www.aftonbladet.se nyheter

    nyheter…

    [...]the time to study or stop by the content or web pages we’ve linked to below the[...]…