NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Quelle taxe pour lutter contre le changement climatique ?

Un groupe de réflexion des Nations Unies relance plusieurs idées pour financer la lutte contre le changement climatique, dont la taxe carbone et une taxe sur les transactions financières.

L’échec du dernier round de discussions sur le changement climatique à Bonn aura au moins permis de déboucher sur une idée encourageante, peut-être bien la seule.

Alors que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon et la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) Christiana Figueres semblent rivaliser de pessimisme pour expliquer à quel point le sommet de Cancun risque de devenir parfaitement inutile (NDLR : Ban  Ki-Moon a en effet expliqué hier qu’ « il se peut que nous ne soyons pas en mesure de parvenir à un accord global et contraignant à Cancun », formule diplomatiquement correcte pour exprimer une perplexité plus profonde), l’économiste britannique Nicholas Stern a eu l’idée de faire le lien entre la récente crise économico-financière mondiale et la lutte contre le changement climatique.

Le groupe d’experts qu’il dirige, placé sous l’égide des Nations Unies, regroupe notamment d’anciens chefs d’Etat, des économistes et des ministres des finances. Il a réfléchi sur des moyens innovants d’aider les pays vulnérables au changement climatique, telles les maintenant célèbres Maldives ou Tuvalu, alors même que Mme Figueres a rappelé aux pays développés l’engagement pris à Copenhague de verser 30 milliards de dollars (23 milliards d’euros) aux Etats défavorisés et constaté que ce paiement n’avait toujours pas été réalisé. Face à l’inertie des grands pays industrialisés, c’est aux institutions financières que s’est intéressé ce groupe de réflexion.

Mr. Stern, professeur émérite à la London School of Economics, a ainsi expliqué que son groupe étudiait à la fois des pistes de financement privées et publiques, incluant dans leurs réflexions une taxe sur les transactions financières qui n’est pas sans rappeler la célèbre taxe Tobin. L’hypothèse toutefois privilégiée semble être une diversification des sources de revenus : « Aucune source unique n’est capable de verser 100 milliards de dollars d’un coup. Un nombre important de sources sera nécessaire » a-t-il expliqué.

Retour vers le passé

Cette somme de 100 milliards de dollars (76 milliards d’euros) annuels est la résultante d’un autre engagement pris lors du sommet de Copenhague, c’est-à-dire le versement de cette somme à partir de 2020 pour limiter les effets du changement climatique. Cette mesure était d’ailleurs conjuguée en terre danoise à ce versement de 30 milliards de dollars pour les pays en développement pour les aider à lutter contre les conséquences du réchauffement climatique, une autre promesse qui n’a donc toujours pas été tenue.

Parmi les autres options, M. Stern a évoqué la possibilité d’implémenter des taxes carbone, des permis d’émissions de carbone voire même des taxes sur les transports maritimes et aériens, chacune de celles-ci pouvant générer jusqu’à vingt milliards de dollars à en croire l’économiste. Ces autres mesures pourraient toutefois se retrouver bombardées au rang de mesures principales. Avant qu’une telle taxe sur les transactions financières soit mise en place, il lui faudra en effet passer à travers une véritable course d’obstacles – une course que parcourt d’ailleurs la taxe Tobin depuis près de 40 ans désormais.

Cette mesure est en effet sujet à controverse : « La plupart de ces taxes devrait être à un niveau national – c’est juste du pragmatisme » a d’ailleurs reconnu M. Stern. « Il y a beaucoup de jalousie dans les gouvernements à propos de ce droit à taxer ». Cette piste mériterait pourtant d’être étudiée car, d’après les estimations de ce groupe, elle pourrait rapporter jusqu’à 250 milliards de dollars (190 milliards d’euros) par an, c’est-à-dire, à peine un tiers du plan de relance aux banques mis en place par Barack Obama l’année dernière. Les conclusions de ce panel de discussion seront en tout cas rendues durant le sommet de Cancun, une réunion qui, espérons, ne sera pas aussi inutile qu’anticipé.

Crédit photo : Flickr – WorldIslandInfo.com
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !