NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

France Nature Environnement veut des discussions constructives au Salon de l’Agriculture

France Nature Environnement veut des discussions constructives au Salon de l’Agriculture

La campagne choc de la fédération a atteint son objectif : placer les enjeux environnementaux au cœur de la polémique. Le refus de la régie publicitaire de la RATP de placarder les trois affiches de la discorde dans les stations de métro Odéon, Montparnasse et Saint-Lazare n’aura finalement pas été une très grande perte, lesdites affiches étant largement accessibles sur Internet et visibles dans les grands journaux nationaux, télés, papier depuis deux jours non-stop.

Le buzz, puisque c’est bien de cela dont il faut parler, a particulièrement bien fonctionné et les débats qu’il a suscité n’ont pas volé leur succès médiatique. Il n’y a cependant rien de neuf dans ces messages, qui rappellent les dérives liées à l’agriculture intensive, lesquelles se caractérisent notamment par la prolifération des algues vertes sur le littoral breton, la disparition des insectes pollinisateurs et les controverses que suscitent les OGM. Autant de thématiques qui occupent le devant de la scène depuis avant-hier et devraient être plus souvent évoquées.

Les gesticulations du président socialiste du Conseil régional de Bretagne Jean-Yves le Drian et du président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) Xavier Beulin sont assez loin du débat que souhaite ouvrir l’association sur ces épineux sujets. Le premier souhaite en effet traîner l’association devant la justice pour avoir terni l’image de sa région et le second dénonce « une campagne d’une grande imbécilité (…) assez caricaturale ». Pas l’ombre d’un argument, d’une justification ou d’une proposition face aux désastres écologiques pointés du doigt par FNE. On notera au passage que si l’écologie n’est pas de droite aux dires de Benoît Hamon, elle n’est pas toujours de gauche non plus…

La campagne a également été évoquée hier à l’Assemblée Nationale à l’occasion des questions au gouvernement. Celles-ci ont de nouveau montré que la solidarité ministérielle ne joue pas à plein sur tous les dossiers. Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a ainsi parlé de « scandale » et de « provocation » et s’est même demandé « quand nous cesserons dans notre pays d’accabler les agriculteurs de tous les maux de notre société » (sic). Une manière comme une autre de déresponsabiliser et d’avaliser les déclarations de Nicolas Sarkozy lors de sa visite au dernier Salon de l’Agriculture, au cours de laquelle il avait lancé un terrible « l’environnement, ça commence à bien faire ». La ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, elle, a reconnu le rôle des associations pour faire avancer les débats autour des sujets portés par le Grenelle de l’environnement et a évoqué « une style de communication contemporain qu’on trouve dans d’autres campagnes de communication », notamment dans le cadre de la lutte contre le tabagisme et du renforcement de la sécurité routière.

Indignations, effets de manche et autres batailles juridiques en passe d’être lancées précèderont peut-être, espérons-le, l’ouverture d’un véritable dialogue et surtout à même de déboucher sur des résultats concrets. FNE se rendra en tout cas au Salon de l‘Agriculture pour rencontrer le public et les exploitants agricoles. Des rencontres qui devraient encore faire parler d’elles.

Crédit photo : FNE
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !