NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les autorités indonésiennes prennent leur distance avec la déforestation

Les autorités indonésiennes prennent leur distance avec la déforestation
Une récente étude du Rainforest Action Network (RAN) a conclu à un pourcentage de déboisement illégal compris entre 40 et 55 % sur l'ensemble des coupes au niveau mondial. L'Indonésie n'est pas épargnée par ce fléau contre lequel le pouvoir entend désormais lutter, ainsi qu'en témoigne sa décision de suspendre pour deux ans les permis de déforestation

Habituée à subir de plein fouet les catastrophes naturelles, l’Indonésie a aussi démontré depuis plusieurs années sa propension à se tirer une balle dans le pied. Fort de l’une des plus vastes forêts équatoriales de la planète, l’archipel en a fait un pan essentiel de son économie. Des biocarburants à une huile de palme désormais montrée du doigt par toutes les associations écologistes en passant par le papier, tout est « bon » pour déboiser massivement. Jusqu’à l’équivalent de trois terrains de football chaque heure selon les estimations de Greenpeace.

Sauf qu’un rythme aussi effréné (le plus soutenu au monde) ne peut pas être sans conséquences pour l’environnement. En plus de libérer des quantités astronomiques de dioxyde de carbone, et donc de contribuer activement au dérèglement climatique [NDLR : rappelons par ailleurs que, d'après le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), le déboisement contribue à hauteur de 17 % aux émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) ], la déforestation aggrave en effet – sinon créé -  les menaces qui planent au-dessus de certaines espèces. Parmi elles, l’orang-outan, dont plusieurs milliers de spécimens disparaissent chaque année.  Un million huit cent mille hectares de forêts ont été détruits chaque année entre 2000 et 2005, et des ONG environnementales vont jusqu’à prédire une disparition de 99 % des surfaces forestières du pays d’ici à 2022.

La Norvège versa un milliard de dollars pour la préservation des surfaces boisées

La situation est désormais suffisamment catastrophique pour que les autorités, après avoir fait montre d’un laxisme désarmant (et motivé par le seul appât du gain), mettent le holà.

Le gouvernement a démontré hier qu’il n’était plus question pour lui de persister dans cette voie proprement suicidaire en officialisant un moratoire de deux ans sur les permis de déforestation.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un accord bilatéral conclu entre l’Indonésie et la Norvège, laquelle s’est engagée à lui verser une aide d’un milliard de dollars (environ huit cent treize millions d’euros) en faveur de la préservation des forêts à partir de 2014. D’ici là, Oslo aura aidé son partenaire à se doter des mécanismes de contrôle et de lutte contre un déboisement devenu sauvage.

« Nous stopperons la conversion des tourbières et des forêts » en terre cultivée, a promis le président indonésien, Susilo Bambang Yudhoyono, qui devra toutefois compter sur l’appui scandinave pour préserver au maximum les intérêts économiques du pays.

« La conversion des tourbières et des forêts en terres cultivées à des fins industrielles, notamment pour le papier et l’huile de palme, représente une part très importante de la déforestation en Indonésie », a de son côté rappelé Hans Brattskar, directeur de l’Initiative sur le climat et les forêts lancée par la Norvège, qui a aussi tenu à saluer « le courage des autorités indonésiennes qui se privent de futures sources potentielles de revenus ».

« Nous ne payerons pas si la déforestation n’est pas réduite »

Intéressée par la proposition de l’Équateur d’une contribution internationale de trois milliards de dollars en l’échange de l’abandon de l’exploitation d’une partie de ses ressources pétrolières, la Norvège ne fait plus mystère de sa volonté de s’impliquer davantage dans la lutte contre les périls environnementaux globaux. En témoignent aussi les accords conclus avec le Brésil et Guyana, semblables sur le fond et la forme au partenariat noué avec l’Indonésie.

Conformément au souhait du Premier ministre Jens Stoltenberg, Oslo accueille par ailleurs le sommet international sur la déforestation qui s’est ouvert aujourd’hui, deux mois et demi après une première conférence à Paris au cours de laquelle les participants ont semblé avoir pris la mesure des défis qu’ils vont devoir relever, sachant que treize millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année.

La Norvège fait enfin partie, aux côtés de l’Australie, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et du Japon, d’un sextuor qui s’est engagé à accorder un premier soutien financier de trois milliards cinq cents millions de dollars (deux milliards cinq cents millions d’euros) au plan REDD de réduction des émissions résultant de la dégradation forestière dans les pays tropicaux sur la période 2010-2012. Il s’agit ici de rétribuer via une aide publique internationale ou des crédits carbone les pays qui réussissent à endiguer la déforestation. L’Indonésie entend maintenant en faire partie mais devra d’une part joindre les actes à la parole et d’autre part être capable de justifier ses éventuels bons résultats.

Les négociateurs norvégiens en charge du dossier brûlant de la déforestation en Indonésie ont déjà annoncé qu’ils ne se laisseront pas endormir : « Nous ne payerons pas si la déforestation n’est pas réduite ». Greenpeace, qui dénonce depuis des années ce désastre écologique, a pour sa part « salué la coopération entre l’Indonésie et la Norvège, ainsi que l’annonce du moratoire de deux ans par le président Susilo Bambang Yudhoyono ». Vigilante, l’organisation a toutefois enjoint les autorités, « pour lutter efficacement, à revoir tous les contrats actuels » qui autorisent les compagnies à défricher.

Il serait fort étonnant qu’elles n’opposent pas une farouche résistance aux nouvelles dispositions étatiques et, dans le cas envisageable d’une nouvelle législation, échouent à convaincre le pouvoir de prendre ne serait-ce qu’une partie de leurs intérêts en compte.

Crédit photo : Flickr - Unhindered by Talent / Wikimedia commons – Annielogue
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • https://www.aftonbladet.se nyheter

    nyheter…

    [...]we came across a cool site that you simply may appreciate. Take a look should you want[...]…