NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Marée noire : Obama a signé le décret instituant une commission d’enquête indépendante

Marée noire : Obama a signé le décret instituant une commission d'enquête indépendante
Un millier de bateaux sont désormais mobilisés dans le golfe du Mexique. Alors que le brut continue de se propager sur les côtes de Louisiane, Barack Obama a officialisé la création d'une commission d'enquête indépendante qui ne devrait épargner personne

Conformément à ce qu’une source anonyme proche de la Maison Blanche et le secrétaire d’État à l’Intérieur américain Ken Salazar avait annoncé la semaine passée, Barack Obama a signé samedi le décret de création d’une commission d’enquête indépendante sur la marée noire.

Très similaire dans son principe et dans son fonctionnement à celles instaurées à la suite de l’accident nucléaire de Three Mile Island en 1979 et de l’explosion de la navette Challenger en 1986, elle devra faire la lumière sur l’explosion de la plate-forme Deep Water Horizon, dont il ne fait aujourd’hui plus aucun doute qu’elle a été à l’origine de la plus grande catastrophe écologique jamais connue par les Etats-Unis. Constituée de sept membres [NDLR : dont l'ancien gouverneur démocrate de Floride Bob Graham et l'ex-responsable républicain de l'Environmental Protection Agency (EPA) William Reilly, les cinq autres – ingénieurs, scientifiques et/ou écologistes – devant être désignés dans les prochains jours], elle devra émettre d’ici six mois une série de recommandations quant à la gestion de la crise en particulier. Par cette décision le chef de l’exécutif américain admet implicitement des dysfonctionnements au sein des services de l’État, insuffisamment préparés et coordonnés pour faire face à une situation il est vrai « sans précédent ».

« Cette catastrophe [...] présente une série de nouveaux défis auxquels nous travaillons à répondre », a ajouté M. Obama, « mais la question c’est quelles leçons nous allons tirer de ce désastre pour être certains que cela ne se reproduise plus ».

Des « langues gluantes » sur les côtes de Louisiane

Le président américain avait quelques jours plus tôt décidé la scission du Minerals Management Service (MMS), l’organisme chargé de délivrer les permis d’exploitations des gisements pétroliers, accusé de laxisme dans l’application des normes de sécurité et d’avoir trop d’intérêts financiers avec les groupes pétroliers qu’il est censé surveiller. Une partie du MMS sera désormais dédiée à la surveillance des installations pétrolières, en particulier des plates-formes offshore, et l’autre à l’attribution des contrats.

Sur le terrain les autorités ont annoncé ce week-end que quatre vingt kilomètres de côtes étaient désormais souillés par un liquide couleur chocolat qui a notamment investi le delta du Mississippi.

Après dix jours de requêtes BP s’est de son côté résigné à transmettre au Congrès les vidéos tournées vingt-quatre heures sur vingt-quatre par ses robots sous-marins. Celles-ci confirment que le conduit est loin d’aspirer tout le brut qui s’échappe du puits immergé par mille cinq cents mètres de fond. Alors que vingt-quatre mille personnes et plus de mille bateaux sont désormais mobilisés, la multinationale britannique a également annoncé vouloir tenter le « Top Kill », une « méthode » qui consiste à injecter du ciment pour sceller le puits.

Cette nouvelle expérimentation, inédite comme l’installation infructueuse d’un couvercle d’acier dans des eaux aussi profondes, ne semble pas moins périlleuse que les précédentes. Même en cas de succès, elle empêchera au mieux un cataclysme de devenir une apocalypse.

Crédit photo : United States Coast Guard
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !