NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’horrible gâchis américain

L'horrible gâchis américain
D'après une étude du Département américain de l'Agriculture, près d'un tiers des produits laitiers destinés à la vente ne trouveraient pas preneur aux Etats-Unis

C’est un chiffre qui fait froid dans le dos. D’après une étude du Département américain de l’Agriculture regorgeant de données chiffrées préoccupantes, 27 % de la nourriture serait gaspillée chaque année outre-Atlantique. Sachant que des centaines de millions de personnes ne mangent pas à leur faim dans le monde, il y a de quoi s’arracher les cheveux de la tête.

Dans le détail, un tiers des matières grasses et des huiles ne sont pas consommées, 32 % des produits laitiers ne trouvent pas preneur, 31 % des oeufs passent à la trappe et un quart des légumes finissent à la poubelle. Déjà critiqués pour leurs mauvaises habitudes alimentaires, lesquelles, compte-tenu du maintien de la popularité du modèle « US » dans les sociétés occidentales, contribuent d’une certaine façon à l’expansion de l’obésité à travers le monde, les Américains n’ont donc pas non plus leur pareil pour produire ou importer des quantités astronomiques de denrées périssables qui ne sont au bout du compte pas vendues.

Les restaurants en particulier sont montrés du doigt, eux qui chaque nuit jettent d’énormes sacs d’invendus dans les bennes à ordure. Dans la mesure où l’agriculture américaine est aujourd’hui ultra-mécanisée et de fait entièrement dépendante des énergies fossiles, ce gaspillage équivaut par ailleurs à une surconsommation d’environ trois cent cinquante millions de barils de pétrole chaque année (!) À noter aussi que d’après une estimation réalisée en mars dernier, 16 % de la consommation énergétique des États-Unis seraient consacrés au secteur alimentaire (NDLR : Ce chiffre tient compte de la culture, du transport des marchandises, de leur traitement, de la vente, du stockage et de la préparation). Un pourcentage élevé, trop au regard de la quantité qui n’est pas écoulée. De même 2 % de l’énergie consommée pour subvenir aux besoins nutritionnels des citoyens le seraient… pour rien, ce qui n’est certainement pas négligeable.

À défaut de pouvoir remédier à ce gâchis dans l’immédiat, l’Oncle Sam serait inspiré de prendre une bonne fois pour toutes le train des énergies « vertes », histoire au moins de  réduire la quantité de pétrole consommée dans le vide. L’étude du Département américain de l’Agriculture justifie également un réexamen en profondeur du système agricole de la première puissance économique du monde, déjà fortement mis a mal depuis qu’a éclaté « l’affaire » de l’Amaranthus Palmeri.

À quand une agriculture « biologisée » et raisonnée aux États-Unis ? L’actualité de ces dernières semaines le prouve : le plus tôt sera le mieux.

Crédit photo : Flickr – www.bluewaikiki.com
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • alain b

    Quand on pense que sur l’île voisine de Cuba ils sont nombreux à crever de faim on se dit quand même qu’il y a un vrai problème quelque part…