NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les évacués de Fukushima veulent être dédommagés chaque mois

Les évacués de Fukushima veulent être dédommagés chaque mois
Le gouvernement japonais n'a pas renoncé à l'énergie nucléaire...

Ils ont intenté une action contre le gouvernement.

C’était il y a deux ans. Le 11 mars 2011, à la suite d’un tremblement de terre et d’un tsunami d’une violence exceptionnelle, la centrale nucléaire de Fukushima -Daiichi (Japon) devenait incontrôlable. Son exploitant TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany), depuis dans une situation financière plus que difficile, et les pouvoirs publics dans leur ensemble connaissaient les risques qu’encourait cette unité, mais ne sont pas intervenus pour renforcer sa sécurité. Une « démission » collective payée au prix fort et dont les répercussions environnementales, humaines et sanitaires sont – le présent est de rigueur – comparables à celles de l’accident de Tchernobyl (Ukraine), en 1986.

Sur le plan énergétique, on rappellera que l’actuel gouvernement, à la différence du précédent, in fine partisan d’un renoncement de l’atome, a fait sensation en relançant deux réacteurs pourtant eux aussi exposés à un risque non négligeable de catastrophe naturelle de grande ampleur. Motivée par la volonté de sécuriser l’approvisionnement en électricité et par des considérations économiques – le Japon importe massivement de l’énergie fossile depuis le drame de Fukushima, ce qui compromet aussi ses engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique -, cette décision a fait couler beaucoup d’encre et présage peut-être d’autres remises en état, malgré l’anti-nucléarisme grandissant constaté au sein des masses.

L’opérateur TEPCO également visé

Les évacués de Fukushima, eux, viennent de taper un grand coup de poing sur la table. Ils ont en effet intenté une « class action » contre le gouvernement en vue d’obtenir une indemnisation pour chaque mois durant lequel ils ont dû plier bagage, relatent nos confrères de l’AFP. Celle-ci atteindrait cinquante mille yens (quatre cents euros).

Les avocats ont présenté le dossier devant la cour de justice de Fukushima le 11 mars à l’occasion du deuxième anniversaire de la catastrophe. Un dossier qui vise également l’opérateur TEPCO, dont les plaignants souhaitent qu’il prenne de nouvelles dispositions afin de réduire les radiations dans la région.

Si la cour donne raison à la population, Tokyo devra s’acquitter de dédommagements conséquents, quelque cent soixante mille personnes domiciliées dans un rayon de vingt kilomètres autour de la centrale accidentée ayant dû être évacuées dans le sillage de l’accident. Des personnes qui, pour nombre d’entre elles, ont tout perdu…

Crédits photos : Wikimedia Commons / Kawamoto Takuo - Steve Herman
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !