NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les États-Unis de Donald Trump sont-ils réellement contre l’Accord de Paris ?

Voilà maintenant 5 mois que Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le Climat. Une période pendant laquelle le plus contesté des présidents américains s’est évertué à promouvoir les énergies fossiles tout en cassant les mesures mises en place par son prédécesseur Barack Obama pour freiner la hausse globale des températures terrestres. Mais cette politique révisionniste ne semble pas porter ses fruits. Donald Trump n’a pour l’instant pas réussi à casser la dynamique de développement des énergies propres outre Atlantique, et a même réussi à fédérer et dynamiser une “autre Amérique” engagée contre le réchauffement climatique.

Les actions de Donald Trump “vont au-delà du retrait de l’accord de Paris sur le climat en s’attaquant au rôle du gouvernement pour faire avancer le pays vers un futur énergétique propre. L’administration Trump essaye de faire pencher la balance en faveur du charbon et d’autres sources d’énergie fossile tout en s’efforçant de freiner la pénétration des technologies énergétiques propres”, estime Alden Meyer, directeur de l’Union of Concerned Scientists, une ONG scientifique.

Parmi les mesures les plus controversées du Président américain, l’annulation du décret de Barack Obama visant à contraindre les centrales thermiques à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone est probablement la plus symbolique de la politique rétrograde de Trump.

“Il est très clair que malgré ces attaques, les investissements et le déploiement des énergies renouvelables et des technologies pour renforcer l’efficacité énergétique continuent à croître”, explique Alden Meyer.

Le secteur solaire américain a en effet vu ses effectifs grossir de 24,5% en 2016, pour atteindre 373.807 salariés. Même son de cloche du côté du côté de l’énergie éolienne : avec 101.738 emplois au total en 2016, le secteur a augmenté de 32% par rapport à 2015. Les chiffres officiels du ministère américain de l’Énergie prouvent d’ailleurs que ces deux secteurs sont les plus créateurs d’emplois du domaine de l’énergie.

“Nous avons récemment examiné les différentes analyses et il nous paraît que, même avec Trump, les émissions de CO2 américaines en 2025 seront probablement de 14 à 18% sous leur niveau de 2005″, précise Elliot Diringer, expert dans l’ONG Center for Climate and Energy Solution. Et pour cause, la part des énergies solaires et éoliennes ont franchi la barre symbolique des 10% dans le mix électrique américain.

Le climato-scepticisme de Donal Trump a même engendré la création du mouvement “We Are Still In”, grâce auquel près de 1.800 entreprises, 252 municipalités et 9 États américains s’engagent à poursuivre à leur niveau les objectifs de l’Accord de Paris.

“Cette initiative est très importante car elle montre une autre Amérique bien réelle, toujours engagée dans l’accord de Paris. Les représentants de We Are Still In seront d’ailleurs nombreux à la COP23 (…) et seront plus visibles que la délégation américaine conduite par un diplomate”, explique M. Meyer.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !