NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les entreprises américaines sont de plus en plus écolos

Les entreprises américaines sont de plus en plus écolos

Se responsabiliser, faire des économies, satisfaire la demande, obéir aux lois : les entreprises ne manquent pas de raisons pour s’éco-responsabiliser. Grands groupes ou PME, ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à céder aux sirènes du développement durable, comme le montre le quatrième rapport annuel de GreenBiz sur l’évolution du Green Business, qui établit notamment un lien entre l’essor de la durabilité dans le monde du travail et celui des nouvelles technologies.

De la même façon qu’elles se sont installées dans toutes les parties des entreprises, le développement durable gagne lui aussi, progressivement, la totalité du système. Outre l’entrée en vigueur de nouvelles lois et les exigences vertes accrues des consommateurs, la crise économique, en forçant les restrictions budgétaires, a consacré le respect de l’environnement comme solution évidente pour faire des économies.

La demande des consommateurs, elle, a évolué en fonction de leur sensibilisation et a donc amené les entreprises à changer de cap sur leurs produits. Ils demandent de plus en plus de bio et aspirent à une réduction de l’empreinte environnementale. L’alimentation est révélatrice de cette évolution. Ce n’est plus une minorité qui recherche une nourriture saine, en accord avec la nature et élaborée selon les préceptes du commerce équitable : ils sont toujours plus nombreux à attacher de l’importance à ces critères, quitte à changer radicalement leurs habitudes.

Les pays occidentaux commencent à réaliser l’importance des enjeux

Les modes de transport plus propres et plus responsables ont eux aussi le vent en poupe. Longtemps en retard voire indifférents aux problématiques environnementales, les Etats-Unis veulent aujourd’hui être le premier pays à dépasser le cap du million de voitures électriques. La France développe aussi ses réseaux urbains de véhicules propres, qui bénéficient d’un soutien à la fois local et national. Les entreprises peuvent et doivent épouser les contours de cette évolution, en profitant des subventions dont ils font l’objet.

Un nombre croissant d’entreprises axent par ailleurs leur politique écologique sur le cercle vertueux du recyclage, ayant pris conscience qu’elles pouvaient économiser partout y compris, – surtout – au niveau de la chaîne de production. La concurrence féroce des pays en développement (PED) les pousse aussi à innover pour tenter de garder leur place sur le plan mondial. Toutes les ressources n’étant pas inépuisables, l’eau en particulier, elles s’emploient enfin à minimiser leur impact environnemental, en prenant en compte à la fois leurs besoins et les répercussions que peuvent avoir leurs activités. La prise de conscience de l’ensemble des acteurs des sociétés est indiscutable. Parce que le chemin qui reste à parcourir est encore très long, il serait dommage de lâcher prise.

Crédits photos : flickr - nickname / Rhian vK / animantis
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jf

    On peut se dire que cela compense un peu les 500 milliards dépensé pour l’extraction du charbon…