NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’éco-redevance sur les poids lourds à nouveau décalée d’un an

L'éco-redevance sur les poids lourds à nouveau décalée d'un an
L'entrée en vigueur de l'éco-taxe sur les poids lourds a de nouveau été reportée d'un an et sera donc, si tout va bien, pour 2012. Si tout va bien...

Les malheurs du Grenelle, suite. Après le report de la taxe carbone, assimilé par de nombreux observateurs à une annulation, et après l’instauration fin mars d’une phase d’expérimentation pour précéder l’entrée en vigueur de l’étiquette environnementale, c’est au tour de l’éco-taxe sur les poids lourds d’avoir du retard à l’allumage.

Le ministère de l’Écologie a invoqué des « contraintes techniques » relatées par « les groupements candidats » à la réalisation de ce dispositif destiné à désengorger les routes nationales et départementales pour justifier le retard d’un an de son entrée en vigueur. La mise en place de bornes de contrôle et l’installation d’un GPS dans tous les poids lourds concernés sont les plus importantes.

Ce nouveau recul fait s’interroger les associations écologistes, lesquelles redoutent que cette mesure, qui vise à taxer les transporteurs empruntant le réseau routier non concédé, figure dans la première loi du Grenelle de l’environnement et était initialement prévue pour cette année puis pour 2011 subisse le même sort que la taxe carbone.

« Le principe n’est absolument pas remis en cause »

« Pour nous, le principe n’est absolument pas remis en cause, et nous voudrions une mise en oeuvre aussi vite que possible », a toutefois précisé une porte-parole du ministère. Le gouvernement aurait il est vrai intérêt à ne pas baisser pavillon, sous peine de s’attirer une nouvelle fois les foudres de lobbies « écolos » déjà circonspects sur l’avenir du Grenelle.

Cette disposition qui doit s’appliquer à tous les camions de plus de 3,5 tonnes, c’est-à-dire à près de six cent mille poids lourds français et à deux cent mille étrangers, sur environ douze mille kilomètres de routes nationales et deux mille kilomètres de routes départementales, doit en outre générer un milliard deux cents millions de recettes par an. Une contribution conséquente dont une partie est destinée aux collectivités locales et qui doit aussi servir à financer des projets d’infrastructures de transports intégrés à l’immense chantier environnemental lancé en 2007.

Phase d’expérimentation en Alsace

En attendant que, conformément au barème émis par la loi de finance 2009, la taxe rapporte entre 0,025 et 0,2 euro par kilomètre *, ce qui n’est désormais plus une certitude, une phase d’expérimentation de plusieurs mois sera mise en place en Alsace.

Cette annonce n’a pas atténué la déception du réseau France Nature Environnement (FNE) et de la CFDT (Confédération française démocratique du travail), qui dans un communiqué commun ont estimé qu’ « après l’abandon de la contribution carbone, le Grenelle passe de biens mauvais moments ».

Examinée à l’Assemblée Nationale à compter du 4 juin prochain, la loi dite « Grenelle II » devrait donner lieu à un nouveau cahier des charges pour l’entrée en vigueur de l’éco-redevance.

Cette mesure peut selon ses partisans réduire de 26 % le trafic des poids lourds sur le réseau national et départemental. Il en résulterait une augmentation de la circulation de 17 % sur les autoroutes et trois cent cinquante millions d’euros de profits supplémentaires pour les sociétés concessionnaires (Eiffage, Vinci etc). Raison de plus pour ne pas lâcher prise.

* Selon le nombre d’essieux, le poids et le degré de pollution du véhicule, et avec un abattement de 25 % pour les régions excentrées comme la Bretagne

Crédit photo : Flickr – Lee J Haywood
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !