NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le Québec empêche l’exploitation pétrolière sur l’Île d’Anticosti

Malgré le renforcement de la lutte contre le réchauffement climatique, le mix énergétique mondial repose encore majoritairement sur les énergies fossiles polluantes. Que ce soit pour renforcer la croissance de leur importation ou pour satisfaire à leurs besoins énergétiques, de nombreux gouvernements continuent donc à investirent massivement dans le secteur des hydrocarbures. Heureusement, les voix discordantes se font désormais de plus en plus entendre et certains gouvernements semblent accorder plus d’importance à la protection de l’environnement qu’à la création de richesse.

C’est notamment le cas du gouvernement du Québec qui a annoncé l’abandon de toute opération d’extraction de pétrole sur l’Île d’Anticosti, dans le Golfe du fleuve Saint-Laurent, afin de protéger ce joyau de l’environnement. Situé dans l’Est du Canada, ce golf communique avec l’océan Atlantique et draine un large bassin qui comprend notamment les Grands Lacs nord-américains.

“Afin de permettre la soustraction du territoire de l’île d’Anticosti à toute exploration ou exploitation d’hydrocarbures [le Québec a décidé de] négocier avec les entreprises concernées l’abandon des droits de recherche”, a expliqué le ministère provincial des Ressources naturelles.

C’est en 2014 que des opérations d’exploration pétrolière au large d’Anticosti ont été décidées, au grand dam des défenseurs de l’environnement. Ces derniers dénonçaient notamment l’augmentation exponentielle des risques de pollution marine et les nombreuses menaces que fait peser l’industrie pétrolière sur l’écosystème du Golfe du fleuve Saint-Laurent.

L’Île d’Anticosti est aussi grande que la Corse et affiche une population de 200 habitants. Véritable joyau écologique, elle abrite notamment 200.000 cerfs de Virginie. Le gouvernement du Québec a décidé d’abandonner l’exploitation pétrolière du golfe afin de donner toutes les chances de réussite à la candidature de l’île au patrimoine mondial de l’Unesco. Une démarche qui vise ainsi à “protéger et conserver le caractère naturel et exceptionnel de l’île d’Anticosti”.

Les études préliminaires du sous-sol du Golfe ont mis en lumière des réserves estimées entre 30 et 40 milliards de barils de pétrole de schiste. Seule une infime partie est cependant récupérable (entre 1 et 2%). Les entreprises Junex, Corridor et Maurel & Prom ont donc décidé d’entendre raison et de conclure des ententes avec le Québec.

Moins scrupuleuse, la société canadienne Pétrolia ne semble pas vouloir abandonner le projet. Propriétaire de près d’un quart de droits d’exploration sur l’ensemble du Québec, cette société a plaidé plusieurs fois devant les tribunaux le respect des contrats signés. “Il n’y a rien dans les ententes qui donne au gouvernement du Québec le droit de se retirer ou de se soustraire à ses obligations”, a notamment fait valoir Pétrolia fin 2015.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !