NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le miel comportant des traces d’OGM soumis à autorisation ?

Le miel comportant des traces d'OGM soumis à autorisation ?

Des nombreux inconvénients que suscitent les plants transgéniques, leur capacité à se mêler facilement aux espèces naturelles est sans doute le plus problématique. Les abeilles ne font par exemple pas la différence entre le maïs OGM et le maïs traditionnel. Aussi, quand elles butinent et par la suite fabriquent leur miel, les deux sortes de pollens peuvent se retrouver mélangées. De fait le miel qui est ensuite vendu aux consommateurs peut contenir, même en quantités infimes, des éléments génétiquement modifiés.

Une situation qui a interpellé les institutions européennes. L’avocat général de la Cour Européenne de Justice (CEJ), Yves Bot, a estimé hier que la commercialisation de miel partiellement transgénique nécessite une autorisation de mise sur le marché. A ses yeux, les produits contenant même une partie infime (et involontaire) d’OGM doivent porter une mention de cette contenance sur leur étiquette. Rappelons que l’Union Européenne (UE) n’impose actuellement une étiquette « avec OGM » que si le produit en contient plus de 0,9% et que cette proportion est techniquement inévitable, ce qui est le cas normalement avec la pollinisation.

Le durcissement prôné par la CEJ intervient alors que la Cour doit statuer sur le sort d’un apiculteur allemand élevant ses abeilles à côté de champs de maïs génétiquement modifiés. Dans ces champs poussaient du maïs MON 810, commercialisé par la célèbre multinationale américaine Monsanto, qui n’a pas vraiment la cote en Europe.

L’apiculteur n’a pas attendu de savoir s’il pouvait commercialiser son miel : il a porté l’affaire devant les tribunaux allemands, lesquels ont demandé à la justice continentale de trancher. Si celle-ci devait donner raison au plaignant, et l’on notera que la CEJ suit l’avis de l’avocat général dans 80% des cas, c’est tout l’avenir des cultures OGM européennes qui pourrait être remis en question. Une issue qui ne ferait pas que des malheureux.

Crédit photo : flickr - kthread
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • pierre d

    C’est encore le monde de l’agriculture qui paye… C’est triste. Comme si c’était de la faute de l’agriculteur. C’est Monsanto qui devrait lui rembourser son miel!

  • jf

    Il va être très difficile pour les apiculteurs de commercialiser un miel sans aucunes traces d’OGM, malheureusement les abeilles ne peuvent pas être éduquées sur le maïs à butiner ou pas…

  • gfp

    Une information tronquée peut être fausse. Dans cette histoire le problème d’homologation est spécifique au MON810. L’article 146 des conclusions de l’avocat général que vous trouverez facilement sur le site internet de la Cour européenne de justice (cas: C-442/09) indique: tel n’est pas le cas du maïs MON 810 dont les seuls produits qui peuvent être considérés comme autorisés en vertu de ce règlement sont la farine de maïs, le gluten de maïs, la semoule de maïs, l’amidon de maïs, le glucose de maïs et l’huile de maïs.. D’autres OGM, comme le MIR604 ou le Bt11 de Syngenta ont demandé, et obtenu, une autorisation pour l’ensemble des produits dérivés à partir de ces maïs. Des fifrelins de traces de pollen de ces maïs dans le miel ne posent aucun problème d’homologation. Par ailleurs l’avocat général ne mentionne nulle part dans ses conclusions un éventuel étiquetage du miel.