NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le liège se refait une santé

Le liège se refait une santé
Le chêne-liège présente des qualités environnementales indéniables dans des zones arides menacées par la désertification

Nombre d’amateurs de bons vins ont dû s’étrangler en apprenant l’arrivée des bouchons plastique, amenés à succéder à leurs aînés « liégés » que l’on croyait inamovibles. Attendre une belle occasion pour ouvrir un grand cru et se rendre compte à la mine déconfite de ses hôtes que les résidus bouchonnés se sont invités à la fête n’est certes jamais très agréable. Toutefois, une telle déconvenue ne fait-elle pas elle aussi partie du jeu ?

D’autant que le liège, comme son principal défenseur Amorim l’a réaffirmé dans son deuxième rapport sur le développement durable en 2007, est bien plus « écolo » que son rival synthétique. Une analyse du cycle de vie du bouchon de liège a ainsi permis de mettre en avant les vertus naturelles du matériau, de même que « son rôle positif dans la rétention de carbone, la préservation de la biodiversité et le combat contre la désertification ».

Le chêne-liège d’où sont extraits les bouchons pousse dans des régions chaudes et arides, notamment au Portugal et en Afrique du Nord. Là où d’autres espèces arboricoles ne tiennent pas la distance, le chêne-liège contribue, lui, à maintenir l’équilibre des écosystèmes. Il constitue en outre un puits de carbone important, autrement dit un réservoir naturel de carbone. Enfin, l’extraction du liège n’est pas une opération de nature à menacer l’espérance de vie de l’arbre.

A contrario, la fabrication des bouchons plastiques met en branle des processus pétrochimiques émetteurs de gaz à effet de serre (GES). Jamie Lawrence, qui gère la zone Europe pour le compte de la Rainforest Alliance, le soutient mordicus: « Les bouchons de liège sont le seul choix responsable pour les domaines viticoles souhaitant avoir un impact positif au niveau environnemental et social ». De même, plusieurs ONG ont mis en avant le fait que seuls 0,5 % de ces bouchons sont recyclables, contre 100 % dans le cas du liège.

Quand bien même le dernier rapport sur les bienfaits du liège émane du leader mondial en la matière, ses conclusions et les constats dressés par les associations pourraient finir par convaincre les viticulteurs disposés à frapper leurs millésimes du sceau du développement durable.

Flickr - Montuno
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !