NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La technologie de la F1 gagne les bus de Londres

La technologie de la F1 gagne les bus de Londres
Le verdissement des transports en commun londoniens se poursuit.

Pas de panique : les célèbres bus à impériale ne vont pas soudainement rugir et battre tous les records de vitesse. Il est ici question, à terme, d’une économie de carburant de l’ordre de 30 % grâce à des roues qui stockent l’énergie cinétique.

Conçus par Williams Hybrid Power, une filiale de la célèbre écurie de Formule 1 Williams, ces pneumatiques fabriqués en carbone seront montés sur six prototypes de bus parcourant les artères de la capitale britannique. Celle-ci met décidément les bouchées quadruples en matière de verdissement des transports, entre l’apparition prochaine de taxis à hydrogène – les premiers modèles devraient être mis en circulation à l’occasion des Jeux Olympiques d’été, qui débuteront dans un peu plus de trois mois -, celle l’an passé de bus à hydrogène et l’inauguration fin juillet 2010 du London Cycle Hire, homologue londonien du Vélib’ parisien qui connaît lui aussi un franc succès.

Beaucoup plus légères que leurs aînées « traditionnelles », les roues de Williams Hybrid Power ont un autre atout majeur : elles peuvent être montées directement sur les bus existants, ce qui les distingue des moteurs hybrides, qui s’ils peuvent aussi recharger la batterie durant le freinage, supposent pour pouvoir être installés sur des véhicules thermiques de repenser ceux-ci entièrement. D’où un coût au bout du compte très inférieur, outre les économies de carburant précitées, bienvenues alors que l’épuisement des ressources pétrolières amène une hausse mondiale des prix à la pompe.

Celles-ci « motivent l’intérêt » de Go-Ahead, la société de transports qui va tester les nouveaux pneumatiques et exploite actuellement environ quatre mille bus londoniens, dixit l’un de ses ingénieurs, Phil Margrave, cité par nos confrères du Guardian et qui a également précisé que « si l’investissement est rentable, (l’entreprise) en équiper tous les bus, y compris les plus anciens ».

Lui aussi interrogé par le quotidien britannique, le directeur de Williams Hybrid Power Ian Foley espère de son côté un retour sur investissement en cinq ans, « aux prix actuels de l’essence ». « Les forces exercées par un bus de quinze tonnes d’une durée de vie comprise entre douze et vingt ans qui s’arrête et redémarre en permanence sont très similaires à celles d’une Formule 1 », a-t-il ajouté, soulignant enfin que, « dès le départ, (Williams a) identifié les transports en commun comme étant une cible idéale pour cette technologie ».

On attend maintenant avec impatience les résultats des tests. S’ils sont concluants, qui sait si nous n’assisterons pas à une petite révolution dans l’univers des transports en commun. Les développeurs de motorisations hybrides, eux, ont peut-être du souci à se faire.

Crédits photos : flickr / Jean-Marc Astesana – Salim Virji
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/biocarburants/id3331138 Biocarburants | Pearltrees

    [...] Pas de panique : les célèbres bus à impériale ne vont pas soudainement rugir et battre tous les records de vitesse. Il est ici question, à terme, d’une économie de carburant de l’ordre de 30 % grâce à des roues qui stockent l’ énergie cinétique . Conçus par Williams Hybrid Power, une filiale de la célèbre écurie de Formule 1 Williams, ces pneumatiques fabriqués en carbone seront montés sur six prototypes de bus parcourant les artères de la capitale britannique. Celle-ci met décidément les bouchées quadruples en matière de verdissement des transports, entre l’apparition prochaine de taxis à hydrogène – les premiers modèles devraient être mis en circulation à l’occasion des Jeux Olympiques d’été, qui débuteront dans un peu plus de trois mois -, celle l’an passé de bus à hydrogène et l’inauguration fin juillet 2010 du London Cycle Hire, homologue londonien du Vélib’ parisien qui connaît lui aussi un franc succès. Le verdissement des transports en commun londoniens se poursuit. Economies de carburant : la technologie F1 pour les bus londoniens | zegreenweb [...]