NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Joly vs. Hulot : L’ambiance se dégrade au sein d’Europe Écologie-Les Verts

Joly vs. Hulot : L'ambiance se dégrade au sein d'Europe Écologie-Les Verts
Distancée par Nicolas Hulot dans les sondages, Eva Joly continue néanmoins de bénéficier du soutien de certains cadres d'Europe Ecologie-Les Verts. Reste à savoir ce qu'il en adviendra si l'animateur se porte candidat aux primaires du parti...

Elle est aussi décidée que Nicolas Hulot tergiverse et a pour elle une connaissance présupposée accrue des thématiques économiques et sociales. Membre fondatrice d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), pressentie depuis le départ pour porter ses couleurs lors du prochain scrutin présidentiel, Eva Joly a cependant un gros caillou dans sa chaussure.

L’ancienne juge d’instruction ne s’en cache plus : le buzz autour de l’animateur, jugé plus « glamour » et écologiquement plus légitime par une majorité de Français et par certains élus d’EELV, d’où une tendance de plus en plus forte à la désolidarisation au sein de sa formation, la dérange.

À titre individuel, une candidature du chouchou vert de nos concitoyens aux primaires du nouveau parti pourrait il est vrai, vu les sondages, la reléguer au rang de supportrice en 2012, ce qui n’était probablement pas prévu au programme. Sur le plan collectif l’engouement suscité par l’initiateur du Pacte écologique a déjà donné lieu à de nombreuses déclarations, la plupart très amènes, et a accrédité la thèse de troupes avançant en ordre dispersé.

Encore faut-il que Nicolas Hulot se déclare officiellement, ce que d’après des sources proches du « dossier » il ne serait pas disposé à faire avant le mois d’avril. On n’écrira pas qu’il n’a pas pris le temps de la réflexion… De guerre lasse, l’ex-magistrate, qui depuis deux semaines enchaîne les interventions dans lesquelles elle enjoint son probable concurrent à lever le voile, pourrait-elle jeter l’éponge entretemps ? On en doute, d’autant qu’elle a assuré la semaine dernière vouloir « aller jusqu’au bout », et le fait est que nombre de ses collègues roulent toujours pour elle.

« La boîte à baffes est rouverte »

Ainsi le discipliné eurodéputé Yannick Jadot, qui dans les colonnes de nos confrères de 20 minutes a déploré « une attaque concentrée, du « Eva Joly bashing » », tout en louant la clarté du discours de la franco-norvégienne et sa « construction d’une alternative sans ambiguïté à Nicolas Sarkozy » – entreprise dont de son côté Nicolas Hulot n’a, et pour cause, pas encore jeté les bases. « Si vous regardez son agenda depuis le début de l’année, elle n’arrête pas ! Elle est sur le gaz de schiste, sur le photovoltaïque [...] Elle travaille bien », a également déclaré le parlementaire, qui a prôné « des primaires constructives, avec des débats de fonds, sur le projet de société ».

Une implication sur le terrain qui ne fait cependant pas remonter sa cote de popularité. Un sondage du Journal du Dimanche crédite en effet le présentateur d’Ushuaïa de 61 % des intentions de vote aux primaires, trente-et-un de plus qu’elle.

Les discussions tendues autour du calendrier desdites élections, qui devraient in fine se dérouler au début de l’été, ont par ailleurs révélé des dissensions en interne, dissensions confirmées par un député qui a préféré garder l’anonymat : « chacun prépare son poulain ou sa pouliche pour le grand prix de l’écologie ». « La boîte à baffes est rouverte mais les hésitations de Nicolas Hulot font courir un danger non seulement à Eva Joly mais à l’ensemble du mouvement », estime pour sa part Sergio Coronado, membre du Conseil fédéral d’EELV interrogé par Le Monde. Proche de l’animateur et responsable de la « coopérative », Pascal Durand souhaite quant à lui « revenir sur le fond », pour la bonne et simple raison que « personne ne sait si Nicolas va y aller ». Candidat aux élections présidentielles de 2002 et député de la Gironde, Noël Mamère ne pense pas autre chose et a emboîté le pas de Ségolène Royal en appelant à « sortir de la logique médiatique ». « C’est par nos idées que nous arriverons à convaincre de la pertinence de nos idées », a-t-il ajouté, manifestement conscient que la cacophonie actuelle pourrait avoir une incidence sur le choix des électeurs.

L’ancien journaliste n’est pas le seul à aspirer à la clarté mais va devoir prendre son mal en patience. À moins que Nicolas Hulot, conscient des dommages collatéraux engendrés par ses hésitations, ne tranche plus tôt que prévu. Quel que sera son choix, la majorité des cadres de la gauche écologiste apprécieraient l’effort.

Crédits photos : Wikimedia Commons – Jeffdelonge / Marie-Lan Nguyen
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • fredred

    Rien d’étonnant quand au sein d’une même famille politique, les ADN sont trop différents.
    Sans compter sur l’ombre de Hulot…

  • daniel d

    Et ça va être une belle corrida si en plus le danger de voir Marine Le Pen au second tour se précise, puisque, en effet, Daniel Cohn-Bendit prône dans ce cas de figure un retrait pur et simple de la candidature EELV, quel que soit le candidat…