NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

JR Ewing plaque le pétrole pour le solaire

JR Ewing plaque le pétrole pour le solaire
Même les barons du pétrole disent adieu à l’or noir. C’est sous les traits de son légendaire personnage de « Dallas » que JR Ewing, alias Larry Hagman, fait maintenant de la publicité pour des panneaux solaires

Même dans l’univers impitoyable de « Dallas », on commence à être fâché avec le pétrole. Connu pour avoir incarné JR Ewing, un ténor de l’or noir toujours prêt à forer plus profond, l’acteur Larry Hagman est en effet devenu un fervent partisan… des panneaux solaires. Il a repris son Stetson et s’est mué en ambassadeur de luxe de l’entreprise solaire allemande SolarWorld, affublé d’un badge ensoleillé sur lequel est écrit le slogan « Shine, baby, shine ! ». « Avant, tout tournait autour du pétrole », explique-t -il dans une publicité vidéo du groupe tournée à Nice et visible depuis mardi. « Le pétrole coulait et l’argent avec. Trop sale. Je l’ai quitté il y a des années maintenant », précise le repenti du pétrole. Changement d’époque, changement de mœurs.

L’idée de participer à cette publicité lui est venue à la suite de l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon. « Avec tout ce pétrole qui jaillissait dans le Golfe du Mexique j’ai compris qu’il était grand temps d’appeler à prendre une nouvelle direction », a commenté Larry Hagman. Faut-il voir dans cette surprenante mise en scène une conversion aussi brutale que totale aux technologies « vertes » ?

« Je suis toujours dans le business de l’énergie. Mais il y a toujours une meilleure alternative », s’amuse l’éternel baron du pétrole. Derrière le rôle de JR se cache en tout cas une personnalité qui a depuis bien longtemps pris fait et cause pour les énergies renouvelables. Larry Hagman siège par exemple depuis plusieurs années au conseil d’administration de Solar Electric Light Fund, une association partenaire de Solarworld qui installe des équipements solaires dans les pays du tiers monde.

Sa résidence de Santa Barbara (Californie) est en outre un modèle de construction écologique. Bâtie en 2003 elle est ainsi allée de pair avec la mise en place du plus important système de panneaux solaires de l’époque aux Etats-Unis. Cet investissement de 750 000 dollars (585 000 euros)  a rapidement impacté sur sa facture d’électricité, passée d’un coup de 37 000 dollars (29 000 euros) à… treize dollars (dix euros). L’affaire s’annonce donc bien rentable, d’autant que les panneaux qu’il a installés produisent souvent plus d’énergie que nécessaire et qu’il en revend une bonne partie à la compagnie d’électricité du comté. « Depuis que Sarah Palin dit « Drill, baby, drill » je dis « Shine, baby, shine ». C’est tellement plus économique et écologique ! », martèle l’acteur. On aura bien du mal à le contredire.

Crédit photo : Flickr – juglar_del_zipa
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !