NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Fukushima : vers une augmentation des impôts pour financer la sortie de crise

Fukushima : vers une augmentation des impôts pour financer la sortie de crise
Le nouveau gouvernement japonais envisage notamment une augmentation des taxes sur l'alcool pour financer la reconstruction des zones ravagées par le séisme et le tsunami du 11 mars dernier

Le nouveau gouvernement de Yoshihiko Noda envisage de lever cent trente milliards de dollars (quatre-vingt-onze milliards d’euros) supplémentaires.

Ci-devant ministre des Finances, le successeur de Naoto Kan est attaché à la réduction du déficit public. S’il semble moins enclin que ce dernier à sortir son pays du nucléaire, ayant sur ce dossier accordé la primeur au redémarrage des réacteurs une fois connus les résultats des stress tests (à condition bien entendu qu’ils soient positifs), ce qui n’augure rien de bon en termes de popularité étant donné la « germanisation » de ses concitoyens sur le plan énergétique, il entend néanmoins mettre le paquet pour accélérer la reconstruction des zones dévastées par le séisme et le tsunami du 11 mars dernier.

Les discussions vont reprendre cette semaine en vue d’une augmentation provisoire des impôts sur le revenu et les entreprises et il serait également question d’une hausse des taxes sur le tabac et l’alcool ainsi que d’un relèvement de la taxe sur le consommation. M. Noda en appelle donc à la solidarité nationale, quitte à aggraver la fracture entre les Japonais et leurs élites, béante depuis de longues semaines comme l’ont montré toutes les études d’opinion.

De son côté le nouveau ministre de l’Environnement Goshi Hosono, par ailleurs en charge de la gestion de la crise nucléaire, a plaidé hier pour l’instauration de nouvelles normes concernant la durée de vie des centrales nucléaires existantes. Il a également repris à son compte l’idée de la précédente administration de créer une nouvelle agence de sécurité nucléaire qui serait débarrassée de l’encombrante tutelle du ministère de l’Économie, imposerait davantage de contrôles sur les centrales et serait étroitement associée au démantèlement de celles qui échoueraient aux examens de passage ou deviendraient trop âgées pour poursuivre leurs activités.

fukushima : nécessaire hausse des impôts pour reconstruire la région sinistrée

« Les autorités japonaises font ce qu’elles peuvent dans une certaine mesure »

De retour d’un déplacement au Japon qui l’a semble-t-il fortement marquée, l’eurodéputée et présidente de Cap21 Corinne Lepage a témoigné dans les colonnes de nos confrères de Rue89 et le moins qu’on puisse écrire est que les nouveaux décideurs auront fort à faire. « La situation des familles qui vivent dans la région de Fukushima est, au sens propre du terme, véritablement tragique […] Aucune instruction ne leur a été donnée, aucune pastille d’iode ne leur a été distribuée. Il a fallu attendre plus d’un mois pour qu’elles puissent disposer d’une information publique sur le niveau de contamination et aujourd’hui, ce sont quarante mille dosimètres qui restent bloqués par décision politique à l’aéroport de Tokyo. Les familles ne savent donc pas quel est le niveau de radioactivité dans laquelle elles vivent », rapporte ainsi l’ancienne ministre de l’Environnement. Et de souligner que les résultats des prélèvements effectués sur les denrées alimentaires sont « donnés bien après que les aliments aient été mis sur le marché et consommés ». « La vérité de la situation […], c’est que les autorités japonaises font ce qu’elles peuvent dans une certaine mesure. Toutefois, puisque l’information est confisquée, les moyens donnés aux gens pour connaître la réalité de la situation leur sont refusés », poursuit-elle dans sa chronique, publiée avant-hier et dans laquelle Mme Lepage évoque aussi le monde agricole, lequel serait tout autant « victime de la défaillance des autorités ».

« La préfecture de Fukushima promeut les produits agricoles de la région et se plaint des mauvaises rumeurs qui les concernent […] La vérité est, bien entendu, que l’immense majorité des produits de cette zone ne devrait pas être consommée mais pour qu’ils ne le soient pas, encore faut-il que les agriculteurs qui les produisent puissent être indemnisés et gagner leur vie, or tel n’est pas le cas », résume l’eurodéputée. La crise alimentaire, corollaire désastreux de l’accident nucléaire, serait donc profonde et pour ainsi dire entretenue par des pouvoirs publics qui, à leur décharge, ne disposent pas des fonds nécessaires pour aider le secteur primaire à prendre les dispositions sanitaires préventives appropriées.

Quant aux professionnels de la santé, ils n’auraient « plus le droit de parler et (n’oseraient) plus parler ». « Il semblerait qu’un réseau de pédiatres essaye de se mettre en place, que certains médecins, notamment dans les zones rurales, essayent d’organiser la population de manière à ce qu’elle se protège le mieux possible et qu’un suivi médical puisse être mis sur pied mais tout ceci se fait par une voie citoyenne, une voie parallèle […] Les autorités nucléaires ont décidé qu’il n’y aurait pas de connaissances fines et précises des effets épidémiologiques de cette catastrophe », précise Mme Lepage, qui renvoie donc dos à dos Tokyo, l’exploitant TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany) et plus largement le lobby nippon de l’atome.

Violente, la charge de la présidente de Cap21 s’imposait toutefois vu la relégation de l’accident de Fukushima 1 dans les abîmes de l’actualité. Loin des caméras, le désastre nucléaire, alimentaire et sanitaire continue. Nul doute qu’il faudra plus qu’un gouvernement, aussi déterminé et organisé soit-il, pour y mettre un terme.

Crédits photos : flickr – Gilgongo / Ken Shimizu – AFP – Getty Images
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/429596198/fukushima-vers-une-augmentation-des-impots-pour-financer-la-sortie-de-crise Fukushima : vers une augmentation des impôts pour financer la sortie de crise | Environnement par la CFTC HUS | Scoop.it

    [...] Fukushima : vers une augmentation des impôts pour financer la sortie de crise Le nouveau gouvernement de Yoshihiko Noda envisage de lever cent trente milliards de dollars (quatre-vingt-onze milliards d’euros) supplémentaires. [...]

  • http://www.scoop.it/t/fukushima-informations/p/429782504/fukushima-vers-une-augmentation-des-impots-pour-financer-la-sortie-de-crise-zegreenweb Fukushima : vers une augmentation des impôts pour financer la sortie de crise | zegreenweb | FUKUSHIMA INFORMATIONS | Scoop.it

    [...] Fukushima : vers une augmentation des impôts pour financer la sortie de crise | zegreenweb Le nouveau gouvernement japonais envisage notamment une augmentation des taxes sur l'alcool pour financer la reconstruction des zones ravagées par le séisme… Source: http://www.zegreenweb.com [...]