NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Et si les chèvres remplaçaient les tondeuses à gazon ?

Et si les chèvres remplaçaient les tondeuses à gazon ?
Certains ont trouvé une nouvelle alternative pour tondre sans polluer : ils font appel aux services des chèvres (!)

Nombreux sont ceux, qui une fois les beaux jours arrivés, passent des heures le dos courbé dans leur jardin. Tailler les haies, planter des fleurs, entretenir son potager… Une multitude de tâches auxquelles, tout bon jardinier qui se respecte, n’associe ni herbicides ni pesticides polluants. C’est donc la conscience tranquille que ces amoureux de la nature décident, après de longues heures passées accroupis près de leurs massifs de fleurs, de passer un coup de tondeuse. Mais voilà, son utilisation n’est en règle générale pas vraiment respectueuse de l’environnement. Pas de panique, certains ont trouvé une nouvelle alternative.

En effet, d’après le California Air Resources Board, une tondeuse à gazon polluerait près de cent fois plus qu’une voiture par litre d’essence consommé. En comparaison, un jardinier qui utilise sa tondeuse durant une heure pollue autant que s’il avait parcouru plus de cinq cents kilomètres dans son véhicule (!) Certains ont donc trouvé la parade et ont décidé de troquer leur tondeuse thermique pour une électrique. D’autres ont quant à eux opté pour une tondeuse manuelle, ou hélicoïdale comme l’appelle les pros. Mais plus le jardin est grand, plus l’exercice est difficile. Sans compter qu’outre tondre la pelouse, il faut aussi s’atteler à l’arrachage des ronces et autres mauvaises herbes, un véritable calvaire pour certains.

C’est pourquoi, aux Etats-Unis, dans l’Etat du Maryland, les municipalités ont décidé de faire appel aux services d’employés un peu particuliers pour défricher parcs et jardins… des chèvres. « Les gens n’aime pas aller dans des endroits plein de ronces, d’abeilles ou d’orties » raconte Brian Knox, fondateur de la société américaine Eco-goats. Depuis plus de trois ans, il met donc à disposition ses chèvres pour tondre les terrains envahis par les herbes. Encadrées par des barrières afin de délimiter la zone de travail, elles s’attèlent durant plusieurs journées à la tonte. « Un troupeau de trente chèvres peut avaler une centaine de mètres carrés de broussailles par jour » explique M. Knox. Pour un terrain de trois hectares, elles mettront ainsi près de quinze jours à brouter, arracher et tout manger sur leur passage.  Cette méthode écologique séduit de plus en plus d’entreprises outre-Atlantique : Google a par exemple employé près de deux cents chèvres pour tondre son immense site de Mountain View en Californie (Etats-Unis). En France, se sont deux écossais, installés dans le Morbihan qui ont été les premiers à « commercialiser » les services de ces tondeuses à l’ancienne. Et depuis plus d’un an, le laboratoire central de la préfecture de police de Bièvres (Essonne) a remplacé ses tondeuses par trois adorables chèvres naines et trois boucs chargés de nettoyer les limites du sous-bois. Une alternative respectueuse de l’environnement à plus d’un titre, les déjections de ces herbivores constituant un excellent engrais naturel.

Crédits photos : flickr – Martin Cathrae / Melinda
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • adelina

    Plutôt amusant.