NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Fukushima : trois mois après la catastrophe, les Japonais veulent sortir du nucléaire

Fukushima : trois mois après la catastrophe, les Japonais veulent sortir du nucléaire
Trois Japonais sur quatre sont aujourd’hui favorables à une sortie progressive du nucléaire, quitte à payer plus cher leur électricité

Au bord du précipice depuis l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima 1 (Japon), l’exploitant TEPCO n’est cependant pas encore « mort », ainsi qu’en a témoigné le rebond de 25,12% de son action enregistré hier soir en clôture à la Bourse de Tokyo. Le titre TEPCO valait alors 249 yens (un peu plus de deux euros), soit un gain de quarante trois centimes d’euro dans la journée. Une hausse survenue dans la foulée de l’officialisation de l’accord scellé avec le gouvernement japonais pour aider l’opérateur à dédommager les victimes de la catastrophe grâce à la création d’un fonds. Celui-ci sera financé par une contribution des autres compagnies nucléaires et abondé si nécessaire par les pouvoirs publics. TEPCO aura alors plusieurs années pour rembourser ses bailleurs.

Pendant ce temps, un peu plus de trois mois après le tremblement de terre et le tsunami, les ouvriers continuent de se battre pour refroidir les réacteurs de la centrale accidentée. Huit salariés de TEPCO ont été gravement irradiés. L’entreprise avait dans un premier temps indiqué que deux de ses employés avaient été exposés à des niveaux importants de radiations. Six nouveaux cas ont donc été recensés depuis, étant entendu que les 2 400 employés qui ont participé aux opérations de secours sur le site Fukushima 1 doivent faire l’objet d’examens approfondis.

fukushima : les japonais veulent sortir du nucléaire

Une information qui intervient alors qu’un sondage a révélé que trois Japonais sur quatre sont désormais favorables à une sortie progressive du nucléaire « à l’allemande ». 65% des personnes interrogées se sont en outre déclarées disposées à payer plus cher leur électricité afin de promouvoir les énergies renouvelables.

Dans la ville de Fukushima, située à l’extérieur du premier périmètre d’exclusion de vingt kilomètres autour de la centrale instauré par les autorités, les habitants redoutent l’exposition aux radiations. Pour répondre à leurs inquiétudes, les autorités ont décidé d’équiper 34 000 enfants de dosimètres qui seront vérifiés une fois par mois sachant que, pour être hors de danger, les populations ne doivent pas recevoir plus de 20 millisieverts par an (NDLR : un seuil établi récemment et qui correspond à la norme adoptée pour les personnes travaillant dans l’industrie nucléaire). De son côté, Greenpeace a jugé cette mesure insuffisante et a appelé le gouvernement nippon à évacuer les enfants et les femmes enceintes de la ville de Fukushima. L’association estime en effet que les habitants reçoivent entre 10 et 20 millisieverts par an à travers l’atmosphère, sans compter les particules radioactives inhalées et/ou ingurgitées par l’eau, la poussière ou la nourriture. Pour des raisons pratiques évidentes, on peut cependant douter que Tokyo soit disposée à accéder à son vœu.

Crédits photos : flickr – Daveeza / Wikimedia commons – The White House
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • laulo

    C’est une bonne chose que la population nippone soit prête à sortir de nucléaire et même a payer plus cher l’électricité! Mais les mesures nécessaires vont prendre du temps pour ce mettre en place.

  • lilou

    Les conséquences des radiations sur les nippons me font très peur cependant…

  • visiteur

    Sortir du nucléaire, d’accord, mais ils vont la produire comment toute cette énergie ?

    Parce que je suis pas certain que même en recouvrant la totalité de leur pays d’Éoliennes et de panneaux solaires ils arrivent à produire suffisament …

    Bref, ça me fait rire tout ces pays qui veulent sortir du nucléaire, car si s’est pour ressortir des centrales productrices de CO2, elle sera superbe l’avancée …

    Je ne suis absolument pas contre leur envie d’en sortir, je me demande surtout comment ils vont pouvoir les remplacer efficacement …