NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

EELV : le grand défi d’Eva Joly

EELV : le grand défi d'Eva Joly
Officiellement candidate EELV aux élections présidentielles de 2012 depuis hier, Eva Joly sait que pour elle le plus difficile reste à faire

L’ancienne magistrate n’était pas favorite au départ de la course mais a finalement remporté les élections primaires d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) haut la main. Prochaine étape : fédérer les troupes autour de sa candidature.

Nicolas Hulot avait les faveurs des pronostics mais s’est in fine largement incliné. Le père du Pacte écologique s’est-il lancé trop tard dans la course ? Ses hésitations originelles ont en tout cas tranché avec l’attitude d’Eva Joly, qui n’a jamais fait mystère de ses velléités présidentielles et a été bien plus prompte à égratigner la politique menée par le gouvernement que son adversaire. On l’a évoqué à de nombreuses reprises dans ces colonnes, elle n’a eu de cesse de défendre une écologie de gauche, sociale et de combat qui a plu à une nette majorité de militants et sympathisants, lesquels ont aussi, c’est une certitude, apprécié son passé de lutte contre la corruption. Reste à savoir si la dame aux lunettes rouges maintiendra ce cap pendant la campagne, sachant que plusieurs responsables du parti l’ont appelée à prospecter au centre et que l’intéressée s’est elle-même déclarée disposée à ouvrir la porte de la maison à d’autres tendances, sans toutefois faire de concessions sur le terrain idéologique. En d’autres termes, c’est le centre qui viendrait à EELV et non l’inverse.

Restés aux dires de l’ex-juge d’instruction dans les limites de la correction, les débats pré-primaire, eux, pourraient avoir laissé des traces tenaces dans l’opinion. D’où l’importance de donner une image de candidate consensuelle et porteuse d’un projet auquel tous au sein de la formation écologiste, y compris ceux qui lui préféraient « Sain Nicolas », pourraient s’identifier. Les conditions d’un accord avec le Parti socialiste ont quant à elles déjà été fixées : pour obtenir les faveurs électorales d’EELV, son ou sa représentante lors des élections présidentielles de 2012 devra mener une politique énergétique conduisant à une sortie progressive du nucléaire, abroger la réforme des retraites et – c’est tout sauf anecdotique – faire une croix sur le projet de nouvel aéroport de Nantes, qui divise les riverains depuis de longs mois mais que le député-maire Jean-Marc Ayrault semble vouloir défendre contre vents et marées.

premier débat entre Hulot et Joly pour la primaire écologiste

Avec ou sans Nicolas Hulot ?

Parfois jugée austère et sectaire, raillée par ses plus virulents détracteurs pour son accent, Mme Joly n’en entend pas moins défendre la France des différences, « du sang mêlé et des petits salaires » et celle qui n’accepte « ni les discriminations ni les ghettos ». Vaste programme auquel M. Hulot devrait prendre part, suivant le souhait de la franco-norvégienne et ainsi qu’il l’a lui-même sous-entendu hier en faisant savoir via un communiqué que « (son) engagement politique ne se résume pas à ce parcours dans la primaire ».

On ignore toutefois quand il reprendra son bâton de pèlerin, c’est-à-dire le temps qu’il lui faudra pour digérer sa défaite, quel rôle il pourrait jouer dans l’équipe de campagne et avec quel entrain il soutiendrait Mme Joly, qui ne l’a pas ménagé ces dernières semaines. C’est le lot de toutes les campagnes, diront nombre d’observateurs, sauf qu’il est impossible de savoir comment l’ancien présentateur d’Ushuaïa a ressenti les nombreuses attaques dont il a fait l’objet et que les hypothèses d’un cavalier seul voire d’un ralliement à un autre camp – revirements qui ne seraient toutefois pas sans dégâts pour son image – ne sont pas totalement inenvisageables. Si l’intéressé jure avoir déjà tourné la page, il n’a peut-être pas non plus vocation à jouer les seconds rôles et rien ne garantit qu’il ne claquerait pas la porte s’il estime ne pas avoir assez voix au chapitre.

Ses intentions sont apparues plus floues que celles de sa concurrente aux yeux des électeurs mais M. Hulot continue de jouir d’une bonne cote de popularité, c’est pourquoi il aura sans doute son mot à dire. Reste que l’apprentissage politique été difficile pour l’ex-animateur, qui ne s’attendait sans doute pas à une telle opposition et à ce que le président de l’Observatoire du Nucléaire Stéphane Lhomme se porte à son tour candidat dans le seul but de lui nuire.

Moins dogmatique que Mme Joly aux yeux de la plupart des spécialistes mais aussi moins expérimenté, « Sain Nicolas » s’est également vu reprocher (entre autres) une partie de son passé, plus exactement le fundraising auquel il a eu recours pour faire vivre sa Fondation. Une pratique courante dans les pays anglo-saxons mais que ne goûte pas une proportion importante de nos concitoyens. Le passé de l’ancienne juge d’instruction, lui, était de facto exemplaire et cette dernière, quoique moins médiatisée, a compensé son déficit de notoriété par une connaissance certaine des thématiques extra-environnementales, l’ex-animateur ayant pour sa part donné l’impression de ne pas toutes les maîtriser, tout du moins aussi bien.

Mme Joly fera-t-elle pour autant mieux que Dominique Voynet, candidate des Verts lors des élections présidentielles de 2007 et qui n’avait obtenu qu’1,57 % des voix ? Étant donné le score réalisé par Europe Écologie lors des européennes de 2009 et la bonne tenue d’EELV durant les dernières cantonales, réunir moins de 5 % des électeurs serait une contre-performance, quand bien même Daniel Cohn-Bendit soutient mordicus que la Course à l’Élysée ne pèsera pas lourd dans l’avenir de la formation vert-orange.

Pour poursuivre sur cette (bonne) lancée, la candidate EELV va sans doute devoir user d’une rhétorique moins radicale dans les mois à venir. Bien accueillie par les militants et sympathisants, celle pour laquelle elle a opté avant le scrutin pourrait en effet être mal comprise par les Français. Le prix à payer pour être à l’heure au grand rendez-vous de 2012.

Crédits photos : Wikimedia Commons – N4thaniel / Olivier Tétard
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    Il faut qu’elle prenne Hulot à ses côtés ! Ça me parait évident !

  • melissa

    Surtout pas! Hulot est un amateur, il est trop novice dans le milieu de la politique, il va la tirer vers le bas !