NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Dix plantes à ne pas prendre à la légère

Dix plantes à ne pas prendre à la légère

Parfois utilisées pour leurs vertus médicinales, elles peuvent aussi être mortelles et doivent être manipulées avec précaution. Tour d’horizon de dix végétaux plus dangereux qu’on pourrait le croire.

L’aconit

Les propriétés toxiques de cette plante originaire des régions montagneuses de l’hémisphère nord sont connues depuis bien longtemps. Les Aïnous, une ethnie arrivée au Japon aux environs de l’an 1300 avant Jésus-Christ, utilisaient l’aconit pour fabriquer des flèches empoisonnées servant pour la chasse et la guerre.

Son ingestion par l’Homme est mortelle. L’aconit contient des neurotoxines qui entraînent des complications gastro-intestinales et une paralysie du cœur et des poumons.

L’hellébore

Provenant d’Europe et de l’ouest de l’Asie, l’hellébore se retrouve dans beaucoup de jardins particuliers du fait de ses qualités décoratives. Il convient tout de même de la manier avec prudence, cette plante contient des glucosides qui agissent sur l’activité cardiaque et les artères. Elle était auparavant utilisée pour provoquer les avortements.

La cigüe

Plante massivement présente en Europe, la cigüe contient plusieurs alcaloïdes toxiques qui provoquent des troubles nerveux et respiratoires et une paralysie du diaphragme. Même si l’ensemble de la cigüe est vénéneuse, les racines sont moins toxiques que les feuilles et la tige, et les fruits sont mortels s’ils sont cueillis avant leur maturité.

Cette plante qui dégage une odeur désagréable est parfois prescrite comme analgésique, antispasmodique ou comme anaphrodisiaque.

La belladone

La belladone est peu répandue en France et les cultures artificielles servent l’industrie pharmaceutique. Présente en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-unis, cette plante vivace de la famille des solanacées et pouvant atteindre un mètre de hauteur contient trois alcaloïdes, l’hyoscyamine, l’atropine et la scopolamine, des molécules toxiques qui ingérées à forte dose sont mortelles pour l’Homme.

La datura

La datura est l’une des solanacées les plus vénéneuses qui renferme les mêmes alcaloïdes que la belladone. Quelques grammes de ses feuilles provoquent chez l’Homme adulte des délires, des convulsions et une paralysie des membres qui entraînent la mort. Consommée à faible dose, la datura provoque entre autres des vertiges, des migraines et des troubles visuels. Cette plante est toutefois utilisée par la médecine pour soigner l’hystérie, l’épilepsie ou encore les tremblements dus à la maladie de parkinson.

La jusquiame

Déjà connue des Babyloniens et des Egyptiens, cette plante provoque un assoupissement et des hallucinations terrifiantes. Comme la belladone et la datura, elle contient des alcaloïdes qui expliquent sa place au tableau A des substances toxiques (qui mesure la toxicité des produits chimiques selon le code de la santé publique).

La jusquiame est utilisée pour soigner entre autres les tremblements, les névroses et les convulsions.

La brugmansia

Surnommé « trompette des anges », la brugmansia peut mesurer jusqu’à 50 centimètres de large et 35 centimètres de long au niveau des ouvertures. L’ingestion de cette plante qui contient des niveaux élevés de scopolamine et d’atropine, deux alcaloïdes, est mortelle pour l’Homme. Originaire d’Amérique du sud, la brugmansia peut afficher des fleurs blanches, jaunes, oranges ou même roses.

Actaea pachypoda

Présente dans le nord-est des Etats-unis, l’actae pachypoda est cancérigène et, du fait de son effet sédatif sur les muscles cardiaques, elle entraîne une mort rapide.

Aussi appelée « doll’s eyes » (yeux de poupées) par les anglo-saxons, cette plante donne naissance à un fruit minuscule, d’un centimètre de diamètre environ, au milieu duquel figure un point noir faisant penser à un œil. Bien que l’ensemble d’actae pachypoda soit toxique, c’est ce fruit qui concentre le plus de toxines et qui est d’autant plus dangereux que son goût est sucré.

L’asclépiade de Curaçao

Cette plante vivace originaire des régions tropicales d’Amérique du sud produit un latex blanc toxique autrefois utilisé pour la fabrication de flèches empoisonnées. Elle contient des alcaloïdes mortels s’ils sont ingérés à forte dose.

L’asclépiade de Curaçao doit son nom au dieu grec de la médecine Asclépios. Elle est d’ailleurs toujours utilisée à des fins médicinales en Afrique du sud, le latex blanc lorsqu’il est déblayé devenant un sirop vermifuge. Ses feuilles ont en outre des vertus cicatrisantes.

Le ricin commun

Cultivé pour l’ornement dans le monde entier et produisant une huile répandue dans l’industrie alimentaire et cosmétique, le ricin commun est mortel pour l’Homme s’il est ingéré en grande quantité. Venant d’Afrique de l’est et d’Inde, il est l’une des plantes les plus toxiques. Une seule de ses graines est suffisante pour provoquer la mort d’un homme par déshydratation et ce, de façon irréversible.

Crédits photos : flickr – holgeruweschmitt / brile59 / Cheryl Moorehead / Nature Shutterburg / Duvalie@-Lat@ / Suasoria / melina1965 / geodeos / L'herbier en photos / riton52
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • Mesumukendilea

    Il y a lieu de confondre la cigue  avec le céléri j’en ferai bien attention!

  • https://www.aftonbladet.se nyheter

    nyheter…

    [...]the time to study or stop by the subject material or websites we have linked to below the[...]…