NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Déforestation : HSBC lâche Sinar Mas

Déforestation : HSBC lâche Sinar Mas
HSBC est la première banque à retirer ses investissements du groupe indonésien Sinar Mas, une société accusée par les écologistes de contribuer à l’accélération de la déforestation sur l’île de Bornéo (Indonésie)

Greenpeace porte un nouveau coup dur à Sinar Mas, cette entreprise indonésienne qu’elle accuse de contribuer à la déforestation en Indonésie.

Les pressions exercées par l’association ont amené nombre de sociétés a finalement cesser leur collaboration avec elle, de Nestle à Kraft en passant par Carrefour. La banque hongkongaise HSBC a suivi le mouvement puisqu’elle vient de se résoudre à vendre l’ensemble des participations qu’elle détenait dans le capital du producteur d’huile de palme indonésien. Une telle décision constitue une première, aucune entité financière n’ayant jusque là pris ses distances avec Sinar Mas.

Elle a bien sûr été saluée par Greenpeace qui aurait envoyé pas moins de dix mille mails aux dirigeants d’HSBC pour obtenir gain de cause. « Il est clair que sans les milliers de personnes qui ont envoyé un mail au PDG Michael Geoghegan, ils n’auraient sans doute pas considéré le fait de vendre leurs actions Sinar Mas comme étant une priorité », a commenté l’ONG. Responsable des forêts chez Greenpeace, Ian Duff pense que la volte-face d’HSBC pourrait faire jurisprudence dans la sphère financière. « Ceci montre qu’une banque peut, si elle le veut vraiment, exclure de ses participations certaines compagnies ou industries » ayant des activités néfastes pour l’environnement, a-t-il estimé.

Aux autres banques de suivre ?

De son côté HSBC communique beaucoup sur ses initiatives écologiques et se targue même d’être précurseur dans les domaines de la finance équitable, de la micro-finance et de l’éthique environnementale. La banque a par ailleurs rédigé une charte éthique forestière dans laquelle elle clame « ne pas avoir financé de plantations converties à partir de forêts naturelles depuis juin 2004 ». Ceci ne règle toutefois pas la question des entreprises qui agissaient de la sorte avant cette date, dont Sinar Mas. Greenpeace est par ailleurs très sceptique sur la « verdisation » des dirigeants d’HSBC, rappelant « sa politique financière s’applique à certaines parts de son business et pas à d’autres ».

L’organisation escompte maintenant pousser vers la sortie d’autres groupes financiers également actionnaires de Sinar Mas, comme UBS et le Crédit Suisse. « Nous n’en sommes qu’à la moitié de 2010.  A votre avis, de quoi sommes-nous encore capables ? », interroge-t-elle non sans malice. Tout porte à croire que la guerre entre Greenpeace et Sinar Mas est loin d’être finie.

Crédit photo : Flickr - JorgeBrazil
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !