NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Apple dans les petits papiers de Greenpeace

Jadis régulièrement vilipendé par Greenpeace, Apple a éliminé toutes les substances nocives de ses produits. Elle est de ce fait désormais en bonne place dans le « Guide pour une high-tech responsable » publié chaque année par l'association.
Jadis régulièrement vilipendé par Greenpeace, Apple a éliminé toutes les substances nocives de ses produits. Elle est de ce fait désormais en bonne place dans le « Guide pour une high-tech responsable » publié chaque année par l'association.

Réputé pour le caractère lapidaire de ses évaluations – Barack Obama, Nicolas Sarkozy et José Luis Zapatero peuvent en témoigner - , Greenpeace sait cependant aussi distribuer les bons points.

Dans le collimateur de l’association ces dernières années parce que ses ordinateurs contenaient selon elle trop de substances nocives (NDLR : il lui avait aussi été reproché son manque de transparence et de ne pas avoir publié certaines informations jugées capitales), Apple avait promis d’« écologiser » ses produits en 2007.

Un engagement qui a manifestement été tenu : dans la quatorzième édition de son Guide pour une high-tech responsable, paru fin 2009, Greenpeace a ainsi mentionné que la marque à la pomme et les Finlandais de Nokia ont été les deux seules sociétés à avoir totalement éradiqué les produits toxiques de leurs appareils. Une mue écologique sur laquelle les Japonais Fujitsu, Panasonic, Sony et Toshiba, entre autres, n’ont pour l’heure pas juger bon de s’aligner.

Les efforts entrepris par le créateur de l’I-Pod, onzième du palmarès 2008, lui ont fait gagner six places dans la hiérarchie. Mieux, Apple détient désormais le leadership dans la catégorie ordinateurs.

Sans pour autant omettre de rappeler les points qui restent à améliorer, Greenpeace a logiquement salué la mise au vert de la firme de Cupertino, élève en nets progrès puisqu’il est passé en quatre ans de 2,7/10 à 5,1/10 de moyenne générale.

C’est très loin devant Nintendo, lanterne rouge du classement et dont la piètre note de 1,4/10 sanctionne l’opiniâtreté à rester écologiquement incorrect.

Fort de son téléphone écolo « Blue Earth », le fabricant sud-coréen Samsung, neuvième du dernier millésime, pourrait quant à lui intégrer le top 5 cette année. À condition bien sûr de poursuivre dans cette voie.

Crédit photo : Greenpeace
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !