NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le balais le plus cher du monde (et pourtant il est recylé !)

Le balais le plus cher du monde (et pourtant il est recylé !)

Mark Wagner est quelque peu « old school », préférant recevoir des lettres par la poste et faisant savoir à qui veut l’entendre que si on lui envoie un mail, il mettra plusieurs semaines à répondre. Les créations de cet artiste atypique né dans le Midwest américain, dernier d’une famille de treize enfants et établi à Brooklyn, où il vit et travaille, sont basées sur des billets d’un dollar et c’est ainsi qu’il a créé le balai le plus cher du monde. Cet objet (d)étonnant a été en partie conçu à partir de billets recyclés. M. Wagner en a roulé des centaines et les a fixés sur la base de la brosse. Découpés au bout en une multitude de lamelles, ils remplacent les poils en plastique du balai. Il les a aussi arrangés pour qu’ils reproduisent en largeur l’image figurant habituellement sur les billets d’un dollar. On peut donc distinguer ce sur balai Georges Washington, père de la nation américaine.

Outre cette création pour le moins singulière, l’artiste compose des tableaux en collages à partir du même matériel. Il a ainsi réussi le petit exploit de reproduire des statues de la liberté de plus de 4 mètres avec 1 000 billets d’un dollar. Le couper, le coller, le transformer, reproduire des effets de tapisseries, de peintures, de gravures, de mosaïques : dans l’esprit doucettement tordu de M. Wagner, ce qu’il considère comme le bout de papier le plus présent aux Etats-Unis offre d’innombrables possibilités. Désireux de faire pénétrer l’étrange dans ce qui nous est familier, l’artiste ambitionne aussi de nous faire réfléchir sur la manière dont nous utilisons l’argent, lequel peut aussi être une œuvre d’art.

L’objet est exposé dans la galerie Pavel Zoubok de New York, mais les créations de M. Wagner se retrouvent aussi dans des musées prestigieux comme le MoMA (Museum of Modern Art de New York), le Metropolitan Museum, la bibliothèque du Congrès à Washington et même la Bibliothèque National de France (Paris).

Une belle récompense pour cet artiste à l’imagination fertile et qui est l’un des symboles de cette « nouvelle vague » qui consiste à faire du recyclage l’élément moteur de la création. Outre M. Wagner, citons également Charly Molinelli, qui a poussé l’originalité jusqu’à utiliser une vieille Ferrari destinée à la casse pour concevoir une table basse. Sarah Turner, elle, s’est servie de bouteilles en plastique pour fabriquer des luminaires éco-design. D’autres bonnes idées qui font elles aussi les affaires de la planète. Sans sacrifier l’esthétique…

Crédits photos : Mark Wagner / flickr - WarholianPicts
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

Commentaires fermés
GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Vos réactions
Tous les commentaires concernant l'article | soyez le premier à commenter

Comments are closed.

Réagissez