Les émissions de gaz à effet de serre du plastique dépasseront celles du charbon d’ici 2030

Les émissions de gaz à effet de serre du plastique dépasseront celles du charbon d’ici 2030
La production de plastique à forte intensité de carbone est sur le point d'émettre plus de gaz à effet de serre que les centrales électriques au charbon au cours de cette décennie, sapant ainsi les efforts mondiaux pour lutter contre le changement climatique, indique un rapport publié le 21 octobre.

Le rapport du Bennington College et de Beyond Plastics prévoyait que l’industrie du plastique émette au moins 232 millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année, et ce tout au long de son cycle de vie, du forage pétrolier et gazier pour alimenter ses installations à l’incinération des déchets plastiques. C’est l’équivalent de 116 centrales au charbon.

L’ampleur des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie du plastique est stupéfiante, mais il est tout aussi préoccupant que peu de gouvernements ou d’industriels en parlent“, a déclaré Judith Enck, ancienne administratrice régionale de l’Environmental Protection Agency et présidente de Beyond Plastics. 

En outre, le rapport a révélé que les installations pétrochimiques ont tendance à être regroupées dans seulement 18 communautés majoritairement à faible revenu et minoritaires, où se produisent 90 % de la pollution.

Des calculs difficiles

Avec au moins une douzaine d’autres usines de production de plastique en construction et 15 autres prévues, les émissions qui en résulteraient saperaient tous les gains réalisés en supprimant progressivement l’énergie au charbon et en passant à davantage d’énergies renouvelables, a déclaré Judith Enck.

Le rapport indique également que les autorités ont probablement sous-estimé les émissions et la pollution atmosphérique liées aux différentes étapes de la production de plastique et de l’exportation de déchets plastiques. En effet, la réglementation américaine n’oblige pas l’industrie du plastique à les signaler et aucune agence fédérale ne les suit, a déclaré l’auteur du rapport Jim Vallette du groupe de recherche Material Research.

Le porte-parole de la Plastics Industry Association, George O’Connor, a déclaré dans un communiqué que le rapport “cherchait des données” et a souligné d’autres études qui ont révélé que le plastique entraînait en fait des émissions de carbone inférieures en raison de de sa durabilité et de son poids plus léger que les alternatives comme le verre et le papier.

Judith Enck a déclaré que le rapport est basé sur des données d’agences fédérales, dont l’Environmental Protection Agency et le Commerce Department, qui sont basées sur les rapports de l’industrie du plastique. Elle a admis que le plastique était léger et durable, mais a ajouté que les calculs de l’industrie négligent d’autres facteurs qui augmentent les émissions.