Les projets mondiaux de capture de carbone augmentent de 50% en 9 mois

Les projets mondiaux de capture de carbone augmentent de 50% en 9 mois

Les projets mondiaux de construction d’usines de capture et de stockage du carbone (CSC) se sont multipliés au cours des neuf derniers mois alors que les gouvernements et les entreprises accélèrent la recherche de moyens de réduire les émissions et de freiner le réchauffement climatique d’ici le milieu du siècle, a déclaré un groupe de réflexion.

La capacité des projets prévus a grimpé à 111 millions de tonnes par an (mtpa) fin septembre, en hausse de 52% par rapport aux 73 mtpa fin 2020, a déclaré le Global CCS Institute basé à Melbourne dans un rapport de situation annuel. S’ils étaient construits, ces projets tripleraient presque les 40 mtpa de capacité CSC actuellement en service.

Cependant, même si cela fait près de 10 ans que de tels projets sont imaginés, les coûts élevés ont empêché la plupart d’entre eux d’aller de l’avant. 

Mais les coûts du CSC ont depuis diminué tandis que l’élan pour la réduction des émissions s’est accru, a déclaré le directeur général du Global CCS Institute, Alex Zapantis.

Les moteurs sont devenus beaucoup plus forts d’un point de vue commercial. Les coûts diminuent“, a déclaré Alex Zapantis.

Tout cela est basé sur des attentes croissantes pour une action climatique plus forte par à peu près tout le monde. C’est pourquoi nous continuerons à voir ce type de projets en augmentation.”

Les critiques estiment que les projets du CSC sont un gaspillage d’argent et prolongeront la durée de vie des combustibles fossiles sales, mais les défenseurs, y compris l’Agence internationale de l’énergie, considèrent le CSC comme essentiel pour aider à atteindre des émissions nettes zéro.

Des avancées sur chaque continent

La capacité prévue a le plus augmenté en Amérique du Nord, en partie en raison des crédits d’impôt pour le CSC. Plus de 40 projets ont été annoncés cette année, dont l’énorme concept Houston Ship Channel CCS d’Exxon Mobil Corp. 

En Europe, stimulée par des objectifs d’émissions stricts et des prix du carbone élevés, 35 projets sont en cours de développement. Le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas en ont ajouté 17 cette année.

Dans la région Asie-Pacifique, des projets en Indonésie et en Malaisie liés aux développements gaziers ont été récemment approuvés même si Alex Zapantis précise que plusieurs projets de la région attendent des éclaircissements sur les réglementations de conformité avant d’aller de l’avant.

Le rapport sur les projets de CSC de l’institut a été publié plus tôt que d’habitude cette année pour coïncider avec les pourparlers sur le climat de la COP26 qui doivent auront lieu à Glasgow ce mois-ci.