Bernard Arnault (LVMH) Emmanuel Faber (Danone), Jean-Bernard Lévy (EDF), les grands patrons plaident pour une relance économique verte

Bernard Arnault (LVMH) Emmanuel Faber (Danone), Jean-Bernard Lévy (EDF), les grands patrons plaident pour une relance économique verte

LVMH, Danone, EDF, mais aussi Bayer France, Total, Air France-KLM, ArcelorMittal France… En tout, ce ne sont pas moins de 92 chefs d’entreprises, françaises et internationales, qui appellent à «une mobilisation collective pour faire de la relance économique un accélérateur de la transition écologique“. Dans une tribune publiée dans le Monde, les grands patrons veulent participer à la transition écologique grâce à une économie plus circulaire.

« L’abandon des politiques de lutte contre le réchauffement climatique sera une des principales tentations dans les mois qui viennent », a mis en garde le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, dans un livre publié cette semaine dans la collection « Tracts de crise » chez Gallimard. «  Nous devons faire exactement l’inverse. Il nous appartient d’accélérer la transition écologique pour faire de notre économie la première économie décarbonée de la planète. »

LVMH, Danone, EDF, Bayer France, Total, Air France-KLM

L’épidémie du coronavirus a fait l’effet d’un détonateur. Dans ce moment exceptionnel où l’Histoire s’accélère, les grandes entreprises veulent réaffirmer leur mission sociétale et environnementale. Le monde économique n’avait pourtant pas attendu la crise sanitaire pour répondre aux aspirations des citoyens et s’engager en faveur de l’environnement. Collaboration avec des organisations internationales et de grands noms de la cause animale pour LVMH (UNESCO, Stella McCartney), fonds Danone Ecosystèmes et Objectifs Danone 2030 pour l’entreprise alimentaire, centrales solaires photovoltaïques pour EDF. Mais la crise du covid-19 est l’occasion pour les entreprises de rappeler leurs engagements et leur feuille de route avec en ligne de mire la neutralité carbone d’ici à 2050, dans le cadre du Pacte vert européen. 

«Cette épreuve intervient à un moment où la transformation de notre économie s’engageait en réponse aux enjeux du dérèglement climatique et de la perte de la biodiversité, pour prévenir d’autres crises majeures annoncées par la communauté scientifique »expliquent les signataires de la tribune. « Nous gardons nos ambitions collectives en matière de transition écologique, et réaffirmons les engagements pris depuis plusieurs années. (…) Pour cela, une large part des moyens financiers qui seront prochainement mobilisés pour la relance économique aurait tout intérêt à l’être dans les directions qui avaient été précédemment identifiées pour accompagner la transition écologique, avec un souci encore plus affirmé de la justice sociale. (…) Nous croyons qu’il est aujourd’hui possible de faire de ces moyens financiers un accélérateur d’une relance verte et inclusive. »

« Une économie juste et décarbonée dans une Europe souveraine »

Contrairement à la crise bancaire et financière de 2008, les grands patrons d’entreprises défendent désormais un « Monde d’après »plus soucieux d’environnement. Dans la tribune, lancée par Jean-Laurent Bonnafé, administrateur directeur général de BNP Paribas et président d’EPE, les chefs d’entreprises appellent l’État à financer des fonds pour mettre en place une économie propre et circulaire. Ils proposent plusieurs axes de développement qui pourraient permettre d’utiliser efficacement les ressources, de réduire la pollution et de restaurer la biodiversité : soutien à la rénovation énergétique des logements et bâtiments, au développement des mobilités décarbonées, au développement d’une alimentation plus durable et plus locale, et aux technologies respectueuses de l’environnement.

Cet appel à une relance verte face à la crise du Covid-19 s’inscrit dans celui du ministre de l’Économie Bruno Le Maire qui préconise, dans son livre chez Gallimard « une économie juste et décarbonée dans une Europe souveraine ». Selon lui, la pandémie « offre une chance unique de redéfinir notre propre modèle économique, national et européen ».

Depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement français a adopté un plan d’urgence d’une ampleur exceptionnelle (110 milliards d’euros) pour soutenir l’économie française. Un plan de relance économique est attendu à l’automne prochain.