NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Voyage au cœur des eaux polaires : explorer et témoigner

Voyage au cœur des eaux polaires : explorer et témoigner
L’équipe d’explorateurs de Ghislain Bardout a réalisé « On a marché sous le pôle », un superbe reportage au cœur du Pôle nord, en plein océan Arctique. Des images uniques et sublimes d’un monde en danger, diffusées dans le dernier numéro du magazine Thalassa vendredi dernier et visibles pour quelques jours encore sur le site Internet de France 3.

Chaque vendredi, Thalassa fait rêver les téléspectateurs. Allongés sur leurs canapés, les Français voyagent, de mers en océans, de fleuves en rivières, sur les traces des richesses. Dans son dernier numéro, le magazine nous invitait à suivre les explorateurs de la « face cachée de l’océan Arctique ». « On a marché sous le pôle », narrée par Thierry Robert, est une épopée fascinante.

Après 3 ans de préparation physique, Ghislain Bardout « initiateur de ce projet fou », et son équipe de 8 « spécialistes, alpiniste, photographe, cadreur, urgentiste, logisticienne et détecteur d’ours (NDLR : un husky nommé Kayak) » se sont lancés dans une aventure polaire passionnante, du pôle nord à l’île d’Ellesmere, à l’extrême nord du Canada. Une expérience cinématographique et scientifique sans précédent au cœur d’un labyrinthe glacial. Elle a été marquée par 51 plongées au cours desquelles l’équipe a été confrontée à un monde menacé au premier chef par le réchauffement climatique.

L’occasion d’observer l’état d’une nature en danger, mais aussi et surtout de récolter le « témoignage d’un monde en perdition ». Un « univers oppressant » dans lequel les aventuriers constatent que la « vieille glace » disparaît, laissant place à une neige moins épaisse et plus vulnérable. Un monde fascinant, où « l’eau est si limpide que cela donne le vertige ».

Faire à manger, se déplacer, « ouvrir une fenêtre sur l’océan », sous moins 40 degrés celcius, « tout est plus compliqué ». Dans ce « no man’s land gelé », les explorateurs, lestés de 140 kilos chacun, avancent à petit pas, jouant parfois les « brises-glace » pour dompter le « géant pétrifié ». « On n’a plus aucun repère connu auquel s’accrocher », raconte Manue, l’unique femme de l’expédition. Même munis d’un équipement de haute technologie et animés d’une détermination à toute épreuve, les aventuriers n’ont rien pu faire devant « la mer des ténèbres ». Un jour tout est calme… et puis c’est le « choc de titan », le craquement de la banquise, l’arrêt forcé d’une exploration « digne d’un voyage dans l’espace ». Ces explorateurs des temps modernes sont fiers d’avoir « marché sous le pôle », dans cette « mer de mercure ou d’azote liquide ». Ils se sont offerts « une rencontre du troisième type » avec quelques spécimens rarissimes de cette biodiversité mystérieuse et fragile, « galaxie inconnue », arctique  « poétique ».

« Nous sommes les témoins de la fin d’un monde »

Après 45 jours, la température a remonté dangereusement. « Signe de la fin », symbole que le réchauffement climatique n’est pas un mythe. L’équipe s’est retrouvée bloquée par la banquise, qui « se délite, se liquéfie ». Spectateurs privilégiés de la fonte de la banquise, les aventuriers ont été pris au piège de l’immensité blanche « en plein bouleversement ». « On entend les plaques se retourner, s’entrechoquer, comme une guerre de fin des mondes ». Et de réaliser qu’il faudra sortir bien plus tôt que prévu de la banquise. Stoppés dans leur élan, ils ont néanmoins continué à filmer les fonds marins, observant, impuissants,  « les compressions de sel qui exaltent et se dissolvent dans l’océan ». Les aventuriers sont parvenus à parcourir 170 km – « au lieu des 800 prévus » - , à 235 Km du cœur de l’océan glacial Arctique. « C’est un crève-cœur de partir aussi vite, mais cela en valait vraiment la peine. Nous sommes les témoins de la fin d’un monde », concluent les explorateurs. Leur passion et leur courage ont été récompensés par de nombreux titres, comme le Grand prix du 7ème festival du film d’aventure de La Rochelle. Ils envisagent de poursuivre leur observation de « l’endroit et l’envers de la banquise », au Groenland, d’ici 2014. Il eut été, il est vrai, dommage d’en rester là.

Image de prévisualisation YouTube

Crédit photo : thalassa
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.travelsquare.info/87141,fr-voyage-au-c-ur-des-eaux-polaires-explorer-et-temoigner.html Voyage au cœur des eaux polaires : explorer et témoigner | TravelSquare

    [...] Voyage au cœur des eaux polaires : explorer et témoigner [...]