NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Vers encore plus de déforestation en Amazonie

Vers encore plus de déforestation en Amazonie
Malgré une législation toujours plus permissive, les adversaires de la déforestation en Amazonie ne baissent pas les bras

Le principal poumon d’oxygène de la planète ne cesse de perdre du terrain depuis de longues décennies. Les députés brésiliens viennent cependant de voter une loi autorisant encore plus de déboisement.

Par 274 voix pour, 184 contre et 2 abstentions, les parlementaires ont voté une loi autorisant un amendement au code forestier instauré en 1965, lequel avait déjà été approuvé par le Sénat en décembre. L’ancien texte prévoyait que chaque propriétaire terrien en Amazonie devait obligatoirement conserver intacts 80% de son territoire. Désormais, les coupeurs illégaux bénéficient d’une amnistie tout bonnement scandaleuse au regard du déboisement intensif qui frappe la forêt la plus vaste de la planète depuis de longues décennies.

Le nouveau code forestier autorise par ailleurs l’installation de fermes sur des parcelles défrichées avant 2008, ce qui a également déclenché la colère des écologistes, selon lesquels les pressions des groupes agroalimentaires sont directement à l’origine du vote parlementaire. Responsable de la campagne Greenpeace Amazonie, Paulo Adario regrette ainsi que, « depuis le début du processus, le Brésil (ait) été l’otage des intérêts du secteur, qui a fait de son mieux pour imposer ses exigences sur le projet de loi ». « Les améliorations environnementales réalisées ces dernières décennies ont été anéanties », a complété l’ONG dans un communiqué.  « Selon l’Université de Brasilia, on peut s’attendre à une augmentation de 50% du déboisement au Brésil si la nouvelle réglementation entre en vigueur », a-r-elle ajouté.

Un pourcentage qu’il convient de confronter à l’engagement de l’ancien président auriverde Luiz Inacio Lula da Silva, qui avait promit de réduire le déboisement en Amazonie de 80 % d’ici 2020…

La déforestation sera-t-elle consacrée au plus haut niveau de l’Etat ?

C’est donc un très mauvais signal qu’envoie le Brésil, devenu quatrième émetteur mondial de gaz à effet de serre (GES) à cause de la déforestation, à quelques semaines seulement du coup d’envoi du sommet Rio+20. Membre de l’Institut de recherches environnementales de l’Amazonie cité par nos confrères de l’AFP, Paulo Moutinho considère pour sa part que « s’il n’y a pas un veto de la présidente Dilma Rousseff, le Brésil perdra toute crédibilité ».

Pays-hôte du sommet Rio+20, il aspire en effet à peser de tout son poids dans les discussions et à se poser en Etat référence en matière de défense de l’environnement. Une ambition qui sera anéantie si d’aventure Mme Rousseff devait se prononcer en faveur de la nouvelle législation. Auquel cas, la présidente prendrait de surcroît de sérieuses distances avec son mentor et prédécesseur M. Lula da Silva. Elle irait enfin à l’encontre de sa promesse électorale de s’opposer aux lois entravant la lutte contre le déboisement.

Ex-ministre de l’Environnement, Marina Silva, qui était arrivée troisième à l’élection présidentielle de 2010 avec près de 20% des voix, a invité ses concitoyens à signer la pétition « Mets ton veto, Dilma », mise en ligne sur Internet. Du succès de ce texte dépendra peut-être la décision présidentielle…

Crédits photos : flickr – greenpeacefrance/Glop75
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/1682535742/alerte-vers-encore-plus-de-deforestation-en-amazonie Alerte : Vers encore plus de déforestation en Amazonie | Environnement et Nucléaire "Autrement" | Scoop.it

    [...] http://www.zegreenweb.com – Today, 8:30 PM [...]