NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Vélo boulot dodo : les Pays-Bas veulent soutenir plus fortement les cyclistes

Le secteur des transports est un véritable fléau pour l’environnement. On estime en effet qu’il s’agit d’un des secteurs les plus polluants de nos économies modernes : en raison des quantités astronomiques de ressources fossiles qu’il contribue à consommer, le transport serait responsable de près de 25% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. Favoriser les moyens de transports plus respectueux de l’environnement apparait donc comme un des enjeux majeurs pour la réussite de la transition énergétique mondiale et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Conscients de ces problématiques, les Pays-Bas pourraient bien mettre en place un dispositif de valorisation des trajets en vélo, idée tout aussi audacieuse qu’inédite. Le gouvernement hollandais a en effet annoncé sa volonté de rémunérer les travailleurs qui effectuent les trajets entre leur domicile et leur lieu de travail en vélo.

C’est la secrétaire d’État des Infrastructures, Mme Stientje Van Veldhoven, qui a créé la surprise avec un communiqué officiel proposant “un dédommagement, payé par l’employeur, de 19 centimes pour chaque kilomètre effectué à vélo vers et depuis le lieu de travail”. Une idée très engagée grâce à laquelle les Pays-Bas pourraient faire d’une pierre deux coups : réduire les embouteillages et donc la pollution (atmosphérique mais également sonore) dans les zones urbaines.

La bicyclette est un mode de transport particulièrement développé aux Pays-Bas. Ce n’est pas pour rien que le vélo est un des emblèmes du pays aux yeux du reste du monde : on dénombre 22 millions de bicyclettes en circulation… pour 17 millions d’habitants. La forte densité de la population entraine cependant des embouteillages interminables dans les plus importantes villes du pays des tulipes.

“Je veux stimuler le cyclisme dans le but de sortir 200.000 navetteurs de la voiture et pour qu’ensemble, nous faisions 3 milliards de kilomètres de vélo en plus par an”, a précisé Stientje Van Veldhoven dans son communiqué.

Les salariés hollandais devraient également pouvoir prétendre à un remboursement après l’achat d’un vélo destiné à effectuer les trajets jusqu’à leur lieu de travail.

Soucieuse de promouvoir davantage l’utilisation du vélo, la secrétaire d’État a prévu de se concerter avec les PME et les grands employeurs du pays. L’objectif de ces discussions ouvertes sera d’optimiser les réglementations fiscales existantes.

“Le vélo apporte une contribution importante à l’accessibilité, la qualité de vie et la santé. Il réduit les embouteillages et laisse de la place aux personnes qui n’ont pas d’autre choix que de prendre la voiture”.

Aux Pays-Bas, la majeure partie des trajets quotidiens en voiture seraient inférieurs à 7,5 kilomètres. La démocratisation du vélo électrique permettrait ainsi à une grande partie des citoyens hollandais de couvrir cette distance sans difficulté.

Rappelons qu’en France le forfait kilométrique (25 centimes le kilomètre) est une mesure inscrite dans la loi de la Transition Energétique. Il s’agit en revanche d’un dispositif non-contraignant : le paiement de cette indemnité est en effet au bon vouloir de l’employeur.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • https://www.scoop.it/t/avril-by-jdoc/p/4098952317/2018/07/03/velo-boulot-dodo-les-pays-bas-veulent-soutenir-plus-fortement-les-cyclistes Vélo boulot dodo : les Pays-Bas veulent …

    [...] Zegreenweb. Disponible sur http://www.zegreenweb.com/sinformer/velo-boulot-dodo-les-pays-bas-veulent-soutenir-plus-fortement-les-cyclistes,72162"Le secteur des transports est un véritable fléau pour l’environnement. On estime en effet qu’il s’agit d’un des secteurs les plus polluants de nos économies modernes : en raison des quantités astronomiques de ressources fossiles qu’il contribue à consommer, le transport serait responsable de près de 25% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. Favoriser les moyens de transports plus respectueux de l’environnement apparait donc comme un des enjeux majeurs pour la réussite de la transition énergétique mondiale et de la lutte contre le réchauffement climatique."  [...]