NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Vélib’ à Londres : J – 57

Vélib' à Londres : J - 57
Le système de vélos en libre-service « London Cycle Hire » sera inauguré le 30 juillet prochain et sera aux dires du maire Boris Johnson « la pierre angulaire de la révolution de la bicyclette dans la capitale britannique »

Il a fallu du temps, de longues heures de palabres même, mais Londres y est finalement arrivée. Trois ans après Paris, quelques mois après Mexico, la capitale britannique aura elle aussi son système de vélos en libre-service.

Sensiblement identique sur le fond à ceux déployés dans la Ville Lumière mais aussi à Barcelone, Montréal, Shangaï ou encore Washington, il sera inauguré le 30 juillet prochain. Ce nouveau dispositif baptisé « London Cycle Hire » est une autre manifestation de la politique écologique entreprise par la municipalité depuis l’élection du travailliste Ken Livingstone, auquel a succédé le fantasque conservateur – deux adjectifs pas nécessairement antinomiques – Boris Johnson en mai 2008. Un changement qui n’a toutefois pas signifié la mise en suspens des enjeux environnementaux, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) en particulier, ainsi qu’en a témoigné le maintien des infrastructures du péage urbain construit en 2003 [NDLR : même s'il n'est pas impossible que soit supprimée l'extension de 20 km2 qui concerne les quartiers de Chelsea, Kensington et Knightsbridge.

« Des légions de gens vont se convertir aux plaisirs de l'énergie à pédales »

« Des milliers de bicyclettes de location flambant neuves permettront aux Londoniens et aux touristes de sillonner les rues sans subir horaires, files d'attente ou affluence [...] Ça va être la pierre angulaire de la révolution de la bicyclette dans la capitale et, j’en suis sûr, des légions de gens vont se convertir aux plaisirs de l’énergie à pédales », avait parié fin mars M. Johnson. Premiers éléments de réponse au milieu de l’été donc, avec dans un premier temps la mise en location de six mille deux-roues gris dispatchés sur quelque quatre cents emplacements en centre-ville et qui se distingueront par leur lampe à dynamo, leur garde-boue bleu et un panier pour la touche champêtre.

Gratuite lors des trente premières minutes, la location sera facturée une livre (1,19 euro) pour un trajet compris entre une demi-heure et une heure. Il faudra en débourser  quatre pour rouler plus d’une heure trente et six livres (7,17 euros) à partir de deux heures d’utilisation. Reste l’abonnement, qui se chiffre à une livre pour une journée et à quarante-cinq livres (53,77 euros) pour l’année. Des tarifs a priori pas rédhibitoires quand on connaît la cherté des titres de transports londoniens.

Pendant ce temps, à Madrid…

Les autorités tablent sur quarante mille trajets quotidiens à vélo supplémentaires et ont estimé le coût du système (installation, exploitation et maintenance) à cent quarante millions de livres (environ cent soixante-sept millions d’euros) pour six ans.

Sponsor du projet, la banque Barclays a quant à elle investi vingt-cinq millions de livres (vingt-neuf millions quatre cent mille euros) sur cinq ans et a reçu en contrepartie le droit de s’afficher sur les bornes et les « autoroutes à vélo » prévues par la municipalité pour asseoir l’essor des petites reines dans la capitale britannique.

Les cyclistes amateurs et autres éco-convertis d’outre-Manche n’ont plus que quelques semaines à attendre. Leurs homologues madrilènes, eux, vont devoir ronger leur frein. En raison d’une conjoncture économique très défavorable en Espagne, la municipalité a en effet reporté la mise en service du dispositif MyBici, d’abord prévue pour mars 2011. Les systèmes vélos en libre-service connaissent donc encore des fortunes diverses dans les capitales européennes. Ça n’est sûrement qu’une question de temps.

Crédit photo : Flickr – Gwyn Richards
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !