NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Une ruée vers l’or mortelle pour l’Homme et l’environnement

Une ruée vers l’or mortelle pour l’Homme et l’environnement
L’augmentation du prix de l’or attire toutes les convoitises et met en péril la vie de certains peuples aborigènes, par exemple les Yanomami

Elton Thompson avait à peine 14 ans, Alan Welch était âgé de 54 ans et Arturo Balcazar était un commerçant sans histoire. Tous trois ont été tués pour une seule et unique raison : le prix de l’or, qui s’est littéralement envolé ces dernières années et plus encore ces dernières semaines, atteignant des niveaux records en août (1 340 euros pour une once, soit 28 grammes), ce qui a conduit à une ruée vers l’or version XXIe siècle en Amérique du Sud. La frénésie n’a pas été sans violences, maladies et autres conflits dans les forêts riches en minéraux du Brésil, du Pérou, de Bolivie, de Colombie et du Venezuela.

« Il y a une corrélation directe entre le prix de l’or et les crimes auxquels nous devons faire face actuellement », a indiqué David Ramnarine, commandant de la police guyanaise, après cette série de meurtres liés à l’or en Guyane. Les mineurs emploient tous leurs moyens pour rechercher le précieux matériau, laissant derrière eux des victimes humaines, des blessés et de graves dommages pour l’environnement. « Je suis inquiet, mon peuple souffre », commente Dario Vitório Kopenawa Yanomami, coordinateur de santé pour l’association Hutukara Yanomami que son père a créée. 2 000 mineurs opèreraient illégalement dans la réserve Yanomami selon ses dires. Et d’ajouter : « les mineurs sont la garantie de l’atterrissage régulier d’avions […] C’est dangereux de les approcher parce qu’ils sont tous armés. Si nous passons trop près d’eux, ils peuvent nous tuer. Selon les informations que nous recevons, les envahisseurs se sont approchés de nos terres. Les Yanomami sont en train de demander de l’aide ».

Il est cependant à craindre qu’ils ne soient pas au bout de leurs peines dans la mesure où le prix de l’or pourrait encore grimper, ce qui entraînerait très certainement une affluence d’ « aventuriers » et exacerberait « la convoitise pour les réserves minérales de nos territoires autochtones », souligne la députée brésilienne Janete Capiberibe, qui a lancé une pétition au sein de la police à Brasilia au nom des indigènes Yanomami. L’élue espère à présent mettre en place une audience publique pour discuter de l’impact de la ruée vers l’or sur ce peuple mais également sur les autres tribus amazoniennes.

En Colombie, l’or représente désormais une autre source importante de revenus pour les FARCs, après la cocaïne ; et selon une étude menée par les scientifiques de l’Université de Duke en Caroline du Nord (Etats-Unis), la déforestation liée à l’exploitation minière dans la région péruvienne des Madres de Dios (« Mères de Dieux ») aurait été multipliée par six entre 2003 et 2009. Près de 200 ans après le premier « Gold Rush », les peuples aborigènes voient resurgir une menace qu’ils croyaient appartenir à un autre temps. Il faut les aider. Cette fois-ci…

Crédits photos : flickr - Jimmie / Luigino Bracci
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !