NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Une renarde polaire parcourt plus de 3.500 kms de banquise en 76 jours

De nombreuse étude ont démontré que la banquise est une des premières victimes du réchauffement climatique. Préjudiciable pour l’Homme, la fonte de la banquise est surtout un fléau pour la faune arctique : sa fonte remet notamment en cause la pérennité des habitudes de vie des animaux qui y vivent. Une équipe de scientifiques a une fois de plus prouver l’importance vitale de la banquise : ils ont découvert que les populations de renard polaire pouvaient parcourir plusieurs milliers de kilomètres sur cette couche de glace au moment de leur migration.

La communauté scientifique a été témoin d’un exploit digne d’un ironman. Une renarde polaire a en effet parcouru plus de 3.500 kilomètres à travers la banquise, entre la Norvège et le Canada, en seulement 76 jours. Ce phénomène, observé pour la première fois, permet de souligner une fois de plus l’importance de la banquise pour les migrations de la faune arctique.

“Moins de glace (…) voudra dire moins de possibilités d’entreprendre ce type de migration”, explique à ce titre Arnaud Tarroux, un des chercheurs à l’origine de l’étude publiée par l’Institut polaire norvégien.

La renarde polaire en question a été équipée d’un émetteur satellite en juillet 2017 pour les besoins d’une étude destinée à observer ses habitudes de vie. L’équipe de scientifiques a ainsi pu constater son départ de l’île de Spitzberg, dans l’archipel norvégien du Svalbard, le 26 mars 2018. 76 jours plus tard, le 10 juin 2018, elle atteignait l’île d’Ellesmere, dans la région canadienne du Nunavut, après un périple de 3.506 kilomètres.

“Cette performance concerne une jeune femelle, âgée de moins d’un an, donc relativement inexpérimentée, partant littéralement à la découverte du monde en réussissant à survivre à une traversée de l’Arctique dès sa première tentative. Cette espèce est encore plus endurante et plus rapide que ce que l’on avait déjà observé par le passé”, a indiqué M. Tarroux aux journalistes de l’AFP.

La renarde, parfaitement adaptée au milieu polaire aride a donc pu se déplacer à un rythme moyen de 46,3 kilomètres par jour sur la banquise. Au Groenland, elle a réalisé un pic de 155 kilomètres parcouru en une journée.

“Il s’agit de la première observation qui montre en détail qu’un renard polaire a migré entre différents continents et écosystèmes de l’Arctique, et constitue l’une des plus longues migrations jamais enregistrées pour un renard polaire en si peu de temps”.

Aujourd’hui, les scientifiques ne savent pas ce qu’est devenue cette renarde. Le système de localisation a en effet cessé de fonctionner en février dernier.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !