NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Une école connectée à la nature de Bali

Une école connectée à la nature de Bali

Destination touristique incontournable pour quiconque voudrait visiter l’Indonésie, Bali est une petite île connue pour la richesse inestimable de sa biodiversité et la beauté de ses paysages. Un patrimoine naturel dont la conservation est devenue un enjeu majeur pour les habitants. C’est cependant au Canadien John Hardy que l’on doit la création de l’école internationale de Sibang Kaja, où enseignement traditionnel et sensibilisation aux thématiques écologiques ne font qu’un.

Située en plein coeur de la nature, l’école internationale de John et Cynthia Hardy se veut un lieu de communion avec la nature, un lieu où les élèves apprennent quantité de choses de leur environnement et pour l’environnement. Cet ancien joaillier et sa femme ont revendu leur entreprise en 2008 afin de concrétiser un projet visionnaire qui applique à la lettre les principes du développement durable.

Faire en sorte que les générations futures acquièrent le plus tôt possible une conscience écologique et aient toutes les cartes en main pour se construire un avenir tout en assurant la pérennité des ressources naturelles : telles sont les raisons d’être de cet établissement pas tout à fait comme les autres. Pas question pour autant d’oublier les mathématiques, les langues ou les sciences. L’université de Cambridge reconnaît d’ailleurs les enseignements qui sont dispensés à Sibang Kaja, ce qui atteste de leur qualité.

Priorité au renouvelable

L’école accueille une centaine d’étudiants venus du monde entier âgés de 3 à 14 ans. Parmi eux, 15 à 20 % sont des Indonésiens qui peuvent suivre le programme grâce à des aides financières.

A la base du projet, le bambou, plante présente en abondance sur l’île. John Hardy en a fait le fer de lance de son projet, à juste titre dans la mesure où la plante a une vitesse de croissance et de reproduction particulièrement rapide  – il lui faut un peu moins de trois ans pour devenir adulte – , sans qu’aucun pesticide ne soit utilisé. Elle est en outre à la fois légère et résistante, comme en témoigne le pont qui enjambe la rivière Ayung, véritable ouvrage d’art construit intégralement en bambou. Les chaises, les tables et les autres éléments du mobilier ont eux aussi été fabriqués à partir de cette plante qui ne craint pas l’eau et a une grande capacité d’absorption du CO2.

Les autres constructions ont-elles aussi mobilisé des ressources renouvelables comme la brique et la boue séchée ou encore le bois. « 99 % du campus est conçu à partir de matériaux naturels, à faible émission de carbone et qui ont été récupérés sur l’île », souligne M. Hardy. « On boit notre eau, on sert nos récoltes à la cantine, on produit notre électricité et on bâtit selon les principes du développement durable », se félicite également le fondateur du projet.

Un apprentissage à la fois théorique et sur le terrain

Les élèves sont par ailleurs initiés à l’agriculture biologique et une pépinière de bambou de 15 000 plants a été créée afin de les sensibiliser à la déforestation.

L’originalité de l’établissement réside dans le fait que ses pensionnaires enrichissent leur savoir sur le terrain et pas seulement dans des salles de classe. Leur immersion dans la nature ne signifie pas pour autant qu’ils sont déconnectés du reste du monde. Des ordinateurs sont en effet mis à leur disposition. Cerise sur le gâteau : ces terminaux sont alimentés en électricité par des sources renouvelables, notamment par des panneaux solaires et par une micro-centrale hydroélectrique qui vient d’être inaugurée.

Les élèves sont associés à toutes les expérimentations dans le but d’en faire des citoyens du monde bien informés des enjeux écologiques du XXIe siècle. L’initiative porte en elle un message d’espoir et John Hardy espère qu’elle fera des émules ailleurs sur la planète.

Il n’est un secret pour personne qu’un enfant apprend plus vite et est plus disposé à modifier ses comportements qu’un adulte. L’école de Bali est un modèle du genre et doit être citée en exemple. Multiplier les ateliers dédiés à l’environnement dans les écoles et ainsi mettre la curiosité des enfants au service de la planète serait déjà un grand pas en avant.

Crédit photo : Copyright © 2010 Green School
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !