NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Une aide solidaire et écologique pour les foyers modestes

Une aide solidaire et écologique pour les foyers modestes
Un fonds permettra aux foyers modestes de réaliser des travaux pour réduire leur consommation d’énergie.

C’est le 6 janvier dernier que le rapport Pelletier sur la précarité énergétique a été remis au gouvernement. Ce dernier, par l’intermédiaire de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Valérie Létard,  Secrétaire d’Etat en charge de la Solidarité, et Benoist Apparu, Secrétaire d’Etat au Logement, a pris acte des conclusions de cette étude. Elles ont d’ailleurs servi à élaborer le « Plan de Solidarité Ecologique », conçu pour que « le Grenelle Environnement bénéficie pleinement aux territoires ruraux et aux plus modestes touchés par la précarité énergétique ».

Dans la mesure où les dépenses énergétiques des foyers dits modestes augmentent régulièrement depuis quelques années et où, selon l’INSEE, 10 % des ressources de 3 400 000 ménages sont utilisés pour régler les seules factures de chauffage, il y avait urgence.

Le « PSE » entérine notamment la création d’un fonds national d’aide à la rénovation thermique des logements privés. Doté de 1,25 milliard d’euros, il servira à rénover « écologiquement » les logements précaires de 300 000 propriétaires entre 2010 et 2017. Objectif affiché : 25 % de réductions d’énergie à l’issue de chaque chantier, pour atteindre au total 30 % d’économies. Valérie Létard a justifié cette initiative : « Ces ménages sont les moins à même de bénéficier des dispositifs incitatifs mis en place grâce au Grenelle de l’Environnement. Ils ont en outre besoin d’un accompagnement spécifique pour l’élaboration d’un projet global de rénovation de leur logement qui va bien au-delà de l’octroi d’un prêt ou du bénéfice d’un crédit d’impôt ».

Ce fonds sera géré par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH – voir lexique). Le grand emprunt national lui consacrera 500 millions d’euros, auxquels il faut ajouter 600 millions supplémentaires de l’ANAH et de l’ADEME. Pour mener à bien ce projet, les préfets seront en première ligne dès le mois de mai. Ils devront en effet organiser des « tables rondes départementales de lutte contre la précarité énergétique » autour desquelles seront conviés les acteurs sociaux, les collectivités territoriales, les professionnels du logement et de l’immobilier, les fournisseurs d’énergie ou encore les caisses d’allocations familiales.

Cette aide tant solidaire qu’écologique est aussi un joli pied-de-nez adressé aux contempteurs du développement durable, lesquels n’ont de cesse de brocarder une soi-disant idéologie pour bobos.

Crédit photo : Benjamin Lemaire - Virtuo Press
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !