NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Un réacteur nucléaire datant de l’URSS fait de la résistance

Un réacteur nucléaire datant de l'URSS fait de la résistance
La centrale nucléaire de Metzamor a vu sa durée de vie prolongée jusqu'en 2020

Difficile de ne pas penser à l’accident de Tchernobyl (Ukraine) qui, vingt-six ans plus tard presque jour pour jour, fait encore parler de lui.

Quand bien même le pays n’est pas dans les situations financière et énergétique les plus confortables qui soient, les autorités arméniennes auraient pu choisir de se pencher sur les énergies renouvelables ou poser les bases de la construction d’une nouvelle centrale nucléaire, mais non. Quitte à s’attirer de nouveau les foudres d’une partie de la communauté internationale et à exacerber les craintes de leurs concitoyens concernés, qui se chiffrent en centaines de milliers, elles ont choisi de prolonger la durée de vie du réacteur nucléaire de l’unité de Metzamor, construite sur une zone sismique.

Situé à seulement trente kilomètres de la capitale Erevan, dans le nord du pays, ce « Fessenheim arménien », compte tenu de son âge aujourd’hui avancé et de son emplacement géographique, porte-t-il en lui les germes d’une catastrophe comparable à celles de Tchernobyl et de Fukushima ? Pas du tout aux dires du Premier ministre Tigran Sarkissian, cité par nos confrères du Monde et selon lequel l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a « pleinement soutenu » la décision des pouvoirs publics.

malgré Tchernobyl et Fukushima, un réacteur nucléaire arménien fait de la résistance

Cette prolongation jusqu’en 2020 est selon eux « indispensable en vue d’assurer la sécurité énergétique et l’indépendance énergétique de l’Arménie », étant entendu que la capacité de production du réacteur dépasse les quatre cents mégawatts (MW) et qu’il pèse 40 % de la production nationale d’électricité. Et le gouvernement d’invoquer « le temps (nécessaire) pour construire une nouvelle turbine », ce que les anti-atome pourraient interpréter comme un piétinement en règle du principe de précaution et de l’exigence de sûreté, treize mois à peine après l’accident de Fukushima (NDLR : lequel a, rappelons-le, donné lieu à l’échelle mondiale à de nombreuses expertises supplémentaires et parfois à d’importants réajustements en matière de normes de sécurité, l’Allemagne et la Suisse étant quant à elles allées jusqu’à décider du démantèlement de l’ensemble de leurs unités nucléaires).

Il convient par ailleurs de préciser que la zone dans laquelle la centrale a été construite a été le théâtre d’un tremblement de terre qui a fait entre vingt-cinq mille et trente mille victimes et plus de cinq cent mille sans-abri en 1988. De magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter, ce séisme avait donné lieu à un vaste élan de solidarité international, avec notamment une forte mobilisation des organisations humanitaires, et entraîné la fermeture de Metzamor. En raison d’importantes pénuries d’électricité, la centrale nucléaire avait cependant repris du service quelques années plus tard, malgré l’opposition résolue de l’Union Européenne (UE) et des États-Unis.

Même si des experts de l’AIEA l’ont inspectée l’an passé et ont indiqué n’avoir « rien trouvé d’extraordinaire », le gouvernement a manifestement la mémoire courte et sélective.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/1635604162/danger-nucleaire-un-bien-trop-vieux-reacteur-nucleaire-armenien DANGER Nucléaire : un bien trop vieux réacteur nucléaire arménien | Environnement et Nucléaire "Autrement" | Scoop.it

    [...] http://www.zegreenweb.com – Today, 12:14 PM [...]

  • http://www.pearltrees.com/t/international/id3331084 International | Pearltrees

    [...] Nucléaire : un bien trop vieux réacteur nucléaire arménien | zegreenweb De magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter, ce séisme avait donné lieu à un vaste élan de solidarité international, avec notamment une forte mobilisation des organisations humanitaires, et entraîné la fermeture de Metzamor. [...]