NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Un catamaran écolo qui assure la propreté de l’eau

La pollution de l'eau a trouvé un adversaire de taille
La technologie innovante est d’après le constructeur un moyen de lutte efficace contre la pollution.

Produit par Ecoceane, ce bateau dépollueur innovant a néanmoins du mal à trouver des soutiens financiers.

Les premières démonstrations, qui ont eu lieu à Brest (Finistère), se sont avérées concluantes. Le catamaran tout en aluminium déploie en effet ses bras flottants autour de la nappe de pétrole et parvient à l’aspirer en passant simplement sur la flaque de pollution. Les hydrocarbures absorbés sont ensuite séparés de l’eau puis transférés vers une zone de stockage, le tout sans créer d’émulsion, un liquide épais contenant un mélange épais de produits chimiques et d’eau de mer et qui doit être traité avant le stockage.

« Nos bateaux peuvent récupérer autour de 100 mètres cubes d’hydrocarbures par heure, soit 20 fois plus que des navires équipés de skimmers (NDLR : dispositifs servant à écumer les eaux polluées par des hydrocarbures) », assure Eric Vial, responsable de l’entreprise Ecoceane, interrogé par l’AFP. Problème : jusqu’ici, ce bateau n’a pas convaincu les organismes chargés de la dépollution en mer.

Le combat contre la pollution marine gêné par les organismes publics

Directement visés par l’entreprise, le CEDRE (Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux), un organisme placé sous la tutelle du ministère de l’Écologie, et le CEPPOL (Centre d’expertises pratiques de lutte antipollution), sont accusés de ne pas soutenir les projets d’Ecoceane auprès de l’EMSA (Agence européenne pour la sécurité maritime).

Basée à Lisbonne (Portugal) et chargée d’apporter son aide en cas de grave pollution maritime, cette dernière ne prêterait pas davantage attention aux solutions proposées par l’entreprise. Si aucun des organismes précités ne s’est déclaré fautif, le fait est que la société peine à trouver des acheteurs pour ses bateaux. « Nous pourrions créer 3 000 emplois sur 5 ans, dont la moitié en France », souligne M. Vial, qui menace de partir à l’étranger « si les choses ne bougent pas ». Pour compréhensible qu’il serait, un exil serait malvenu.

Crédit photo : flickr - Ecoceane
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.cnwy54wy54wy54wy5435te4c5t34.com/ cnwy54wy54wy54wy5435te4c5t34

    Title…

    [...]one of our guests a short while ago encouraged the following website[...]…