NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Nouvelle modification des modalités du bonus écologique

Nouvelle modification des modalités du bonus écologique
« Les automobilistes qui achèteront une voiture « propre » avant le 31 décembre bénéficieront des avantages 2010 du bonus écologique, ce quelle que puisse être la date de livraison. Un coup de pouce appréciable après la révision à la baisse du soutien étatique

La grille tarifaire a beau avoir été révisée au détriment de l’usager, le succès du dispositif étant devenu préjudiciable pour les finances d’un gouvernement ayant fait de la réduction des déficits son nouvel axiome, le bonus-malus écologique, disposition majeure et appréciée du Grenelle de l’environnement, continue d’exister. Le verdissement du parc automobile français doit en effet se poursuivre, ce qui implique de manier la carotte et le bâton, en d’autres termes de limiter l’érosion du budget étatique tout en accordant des gages à la population.

À la révision des primes à la baisse officialisée quelques heures avant le remaniement vient donc de succéder un réajustement favorable aux automobilistes et d’autant plus  bienvenu que la prime à la casse, elle, cessera bientôt d’exister.

« Le gouvernement a décidé [...] de modifier la date de référence pour l’octroi du bonus : actuellement, c’est la date de livraison qui compte. Nous avons décidé que ce serait désormais la date de commande », a déclaré avant-hier le nouveau ministre de l’Industrie Eric Besson. Une « correction » qui d’après les calculs du ministère coûtera « au moins cinquante millions d’euros à l’État » mais qui est effectivement « une bonne nouvelle » pour les automobilistes en passe d’acheter une voiture, dans la mesure où ils pourront « bénéficier du bonus le plus avantageux », c’est-à-dire aux conditions de 2010 et non de 2011.

Ce nouveau tour de vis devrait consoler en partie un marché automobile unanimement préoccupé par le durcissement du bonus-malus écologique entériné il y a deux semaines, et alors que la baisse des immatriculations de voitures neuves s’est encore accélérée le mois dernier pour selon les estimations du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) atteindre +18,7 % sur un an. Il est aussi une raison supplémentaire de substituer sa voiture thermique contre une voiture électrique qui, par définition, ne risque pas de pâtir d’un blocage des carburants semblable à celui qui a mis le pays en ébullition le mois dernier.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !