NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les vélos en libre-service débarqueront à Lille en septembre

Les vélos en libre-service débarqueront à Lille en septembre
Avec huit mille vélos en location longue durée et deux mille en libre service d'ici 2014, Lille se prépare à dérouler le tapis rouge aux deux roues

Il y a déjà le Vélib’ à Paris, le Bicloo à Nantes (Loire-Atlantique), capitale « verte » de l’Europe en 2013, le Vélo’V à Lyon (Rhône), le Vélhop à Strasbourg (Bas-Rhin) et il y aura désormais le V’Lille à Lille (Nord). La métropole nordiste disposera donc elle aussi de son système de location de vélos en libre-service, lequel comptera dix mille deux roues (huit mille en location longue durée et deux mille en libre service) à l’horizon 2014, ce qui fera de lui le deuxième plus important de France derrière son aîné parisien.

À compter du 15 septembre prochain, quatre mille cent vélos (trois mille en location longue durée et mille cent en libre service) noir et rouge de vingt-deux kilos chacun produits localement (NDLR : ils sont fabriqués dans l’usine B’Twin de Lille) seront disponibles à la réservation dans cent dix stations dont les emplacements ont été choisis « en complémentarité avec les transports en commun » et en fonction de celui des équipements sportis et culturels, précise la municipalité. Il y en aura cent de plus dans quatre ans et trois mille cinq cents vingt place de stationnement devraient être « dégagées » d’ici là.

Ce verdissement a été justifié par la maire socialiste Martine Aubry par le fait que les deux tiers des déplacements effectués dans la métropole lilloise sont inférieurs à trois kilomètres. « Nous voulons que chacun ait le réflexe vélo », a ajouté la Secrétaire nationale du PS.

Un voeu qui paraît réaliste au regard des sacoches et sièges bébé mis eux aussi en location et surtout des tarifs proposés, plutôt attrayants. La location d’un V’Lille pour la journée revient en effet à un euro et quarante centimes et à sept euros par semaine, sachant que la première demi-heure est gratuite et que la demi-heure supplémentaire est facturée un petit euro. L’abonnement à l’année, lui, coûtera trente-six euros, douze de moins pour les titulaires d’un abonnement au réseau de transports en commun Transpole, qui recevra en tant que délégataire de ce nouveau service public six millions huit cent mille euros chaque année.

Un joli pactole sur lequel ses responsables pourraient s’appuyer pour, entre autres exemples, expérimenter l’alimentation de l’un ou l’autre bus de la flotte au bioéthanol local.

Crédits photos : Wikimedia Commons – André Leroux
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    Ouh yeah ! Vive le vélo, il n’ya que ça de vrai ! Bon pour la santé et bon pour l’environnement !

  • vtourisme

    On va enfin pouvoir circuler “vert” à Lille!