NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le solaire s’invite dans le ferroviaire

Le solaire s’invite dans le ferroviaire
C’est à proximité de la gare d’Anvers que devrait être bientôt mise en place la première ligne ferroviaire du pays partiellement alimentée en électricité grâce à des panneaux solaires

Après les bus et les vélos, c’est au tour du transport ferroviaire de se convertir au solaire. Et ça se passe tout près de chez nous, outre-quiévrain…

La SNCF n’est pas la seule compagnie ferroviaire à prendre conscience des vertus de l’énergie solaire. Son homologue belge chargé de la maintenance des infrastructures Infrabel vient ainsi de conclure un accord avec Enfinity, spécialisée dans les énergies renouvelables, en vue de l’installation de 16 000 panneaux solaires sur une partie  du réseau. Les premiers ont en fait déjà été posés cet été sur la portion nord du toit d’un tunnel de 3,4 kilomètres de long qui est notamment utilisé pour la ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Bruxelles-Amsterdam. Les municipalités environnantes de Schoten et Brasschaat, dans la banlieue est d’Anvers, ont été intégrées au partenariat, faisant de ce projet une coopération public-privé a priori efficace.

L’usage fait de cette énergie solaire constitue une véritable première en Europe. Les trains  qui passeront sous ce tunnel, à grande vitesse ou pas, seront en effet alimentés en énergie grâce à ces panneaux qui doivent couvrir une surface totale équivalente à celle de huit terrains de football. Estimée à 3,5 mégawattheures (MWh) par an, l’électricité ainsi produite devrait par la même occasion fournir en énergie certaines structures de la gare d’Anvers. L’ensemble de l’installation devrait être terminé avant la fin de l’année, pour un coût total évalué à un peu plus de 14 millions d’euros. Un investissement certes élevé mais rentable et qui devrait permettre l’économie de quelque 47,3 millions de kilogrammes d’émissions de CO2 dans les vingt prochaines années, c’est-à-dire environ 2 400 tonnes de gaz à effet de serre (GES) par an.

Bientôt aux Etats-Unis ?

La question qui se pose désormais est de savoir si les vibrations causées par le passage des trains ne risquent pas de fragiliser les panneaux photovoltaïques. Le directeur général d’Enfinity Europe Patrick Decuyper a assuré à cet égard que « durant l’installation (l’entreprise prend) naturellement en compte » ce paramètre. Spécialement conçus pour supporter de lourdes charges, les panneaux seront isolés de la force cinétique créée par le mouvement des trains grâce à un système novateur de ballast, ce qui évitera de percer des trous directement dans le toit du tunnel.

Un tel projet devrait en tout cas confirmer l’éco-réputation grandissante du transport ferroviaire à grande vitesse, considéré comme une excellente alternative à l’automobile. Ce secteur se développe lui aussi à grande vitesse, en Chine et aux Etats-Unis notamment, où plusieurs projets de LGV sont en cours de réalisation. Autant de possibles contrats à venir pour Enfinity. Autant de possibles zones d’application pour cette trouvaille technique.

Crédit photo : Flickr – antwerpenR
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • greenauto

    Si nos trains sont au solaire, ce sera un des meilleurs exemples pour que tout le monde s’y mette !

  • hyper ecolo

    Oui complètement d’accord ! Ça sera une bonne ligne de conduite en tout cas. Et c’est vrai, comme c’est quelque chose que tout le monde connait et dont tout le monde se sert, ça s’imprime dans les consciences