NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Autolib’ : quatre candidats toujours en course

Autolib’ : quatre candidats toujours en course
Selon plusieurs études sur l’auto-partage, chaque véhicule mis en service entrainerait la vente de 7 voitures personnelles

L’Autolib’ continue de tracer sa route à Paris. Sélectionnées par la mairie, quatre sociétés pourront répondre un appel d’offre complet. L’heureux élu devra alors construire et gérer un nouveau service de transport très écolo.

La course à l’Autolib’ vient d’entrer dans sa dernière ligne droite. Quatre concurrents ont été retenus pour participer au dernier round. En lice ADA, Bolloré, le consortium Avis-RATP développement-SNCF-Vinci et le groupement VTLIB’, qui ont jusqu’au mois de juin pour déposer leur dossier. Celui qui remportera cette ultime manche se verra confier l’installation et la gestion de l’Autolib’ parisien. Censé être inauguré en 2011, ce service mettra à la disposition des Franciliens près de 3 000 voitures.

Un bon point pour l’environnement

Lyon, Lille, Grenoble, Strasbourg… De nombreuses villes françaises proposent depuis plusieurs années déjà un dispositif de voitures en libre service. L’Autolib’ parisien s’en distinguera grâce à des nouveautés à la fois utiles et écolo. Il n’y aura ainsi plus besoin de réserver son auto et de la redéposer à sa station d’origine. Mais la principale innovation réside dans l’utilisation de véhicules électriques au cœur d’un système qui a vocation à réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans la capitale. « Une première mondiale » avait précisé le maire de Paris, Bertrand Delanoë à l’occasion du lancement du projet en décembre dernier.

La mairie de Paris espère inciter les Franciliens à abandonner leur voiture personnelle au profit de véhicules plus « écolos », et ce défi pourrait bien être relevé : un sondage IFOP a en effet révélé que « 27% des propriétaires de véhicules envisagent d’utiliser l’Autolib’ plusieurs fois dans l’année ». Ce système pourrait aussi réduire le parc automobile d’Île-de-France, l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) ayant récemment fait apparaître que « 26% des Parisiens pensent se séparer de leur voiture, en raison de son coût, des problèmes de stationnement et de son faible usage ». Des conducteurs qui pourrait bien être séduits par l’Autolib’.

Des parkings grignotés par l’Autolib’

Le projet ne fait cependant pas que des heureux. Afin d’implanter 1 000 stations, dont 700 au cœur de Paris, la municipalité a ainsi averti que de nombreuses places de stationnement actuelles devront disparaître. Or, trouver un endroit pour se garer dans la capitale relève déjà du parcours du combattant. Espérons aussi que l’Autolib’ ne connaîtra pas les mêmes infortunes que son grand frère, le Vélib’, qui malgré un franc succès voit ses vélos en libre service régulièrement endommagés ou volés. Réponse en 2011…

Flickr - genevieveromier
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !