NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Toyota, l’hybride débridé

Toyota, l'hybride débridé
La Prius Plug In, présentée à Strasbourg fin avril, devrait être commercialisée aux Etats-Unis, en Europe et au Japon début 2012

C’est une annonce « canon » que vient de faire l’insatiable leader mondial des ventes automobiles. Précurseur dans le domaine des voitures hybrides, le constructeur nippon, qui doit désormais composer avec les velléités écologiques grandissantes de son compatriote et rival Honda, est cependant bien déterminé à conserver son leadership, acquis dès 1997 avec la commercialisation de la première version de la Prius.

Partenaire de luxe du groupe américain Tesla, qui travaille avec lui à la conception d’une déclinaison électrique du tout-terrain RAV4, dont un concept a d’ailleurs été présenté ce week-end au Salon de Los Angeles (États-Unis) Toyota continue néanmoins d’accorder la primeur aux véhicules alternatifs et devrait même lancer onze nouveaux modèles hybrides (onze !) d’ici fin 2012.

Une offensive motivée par sa volonté chronique de « réduire la consommation d’essence et les émissions de dioxyde de carbone, via l’utilisation de l’électricité et d’autres énergies alternatives », dixit le groupe dans un communiqué diffusé en fin de semaine dernière. Certains opus seront déclinés mais il y aura aussi des créations ex nihilo. Une version rechargeable sur secteur dite « Plug in » de la Prius celle qui sillonna les rues de Strasbourg (Bas-Rhin) fin avril – pourrait par ailleurs faire son apparition sur les marchés américain, européen et japonais début 2012. « Nous visons des ventes de cinquante mille unités par an et le prix au Japon devrait être fixé autour de trois millions de yens (soit environ vingt-six mille euros) », a précisé la direction.

La technologie électrique également dans le viseur

« C’est en exploitant simultanément les différentes technologies de véhicules respectueux de l’environnement qu’on parviendra à réduire les émissions polluantes », a également indiqué le PDG de Toyota aux États-Unis, rappelant ainsi que le groupe n’a pas renoncé à développer des modèles zéro émission – l’ « ultra compact » iQ devrait être le premier d’entre eux.

Il envisage en outre, cette fois à l’horizon 2015, la mise au point d’une berline hybride à pile à combustible (FCHV) dont le prix de vente a été évalué à quelque dix millions de yens, c’est-à-dire environ quatre-vingt dix mille euros. Un tarif inaccessible au grand public mais qui a vocation à diminuer à mesure des avancées technologiques.

Décidément sur tous les fronts, le géant japonais a enfin révélé s’être penché sur une nouvelle génération de batteries, dont « les performances (dépasseraient) de loin celles des batteries lithium-ion ».

Aura-t-il le temps de tout faire ? Ses ambitions sont quoi qu’il en soit élevées, au diapason des moyens financiers et logistiques, et le groupe a une réputation « verte » à préserver et semble en avoir pleinement conscience. On ne le blâmera pas pour cela.

Crédits photos : Flickr - Luca Mascaro / d3ims
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !