NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Tollé sur un projet minier au Pérou

Tollé sur un projet minier au Pérou
Un vaste projet minier met aujourd'hui la région de Cajamarca (Pérou) en ébullition

Concernées au premier chef par la déforestation en Amazonie, qui se poursuit à une cadence effrénée dans le pays et menace en conséquence sa biodiversité, bien qu’elle fasse beaucoup plus parler d’elle au Brésil, les autorités péruviennes sont également à l’initiative d’un projet minier d’or et de cuivre qui déchaîne les passions. Baptisé « Conga », contrôlé par le groupe américain Newmont et situé dans le nord andin, à trois mille sept cents mètres d’altitude, celui-ci prévoit il est vrai de sacrifier quatre lacs-réservoirs naturels pour les remplacer par des étendues d’eau artificielles, alors que la région est confrontée à des rationnements depuis trois mois.

Une perspective qui suscite actuellement une levée de boucliers auprès des populations concernées mais aussi des élus locaux, lesquels soutiennent une mobilisation qui va crescendo depuis la semaine dernière et a entraîné hier la fermeture temporaire de l’aéroport de Cajamarca, autour duquel une centaine de policiers ont été dépêchés. Cinq cents manifestants projetaient de l’investir et son directeur Christian Rocha a indiqué avoir pris cette décision à titre préventif, afin d’éviter de nouveaux affrontements.

Alors qu’une centaine de passagers en partance pour Lima étaient toujours bloqués hier soir, de nombreux axes routiers demeurent coupés par des barrages installés par un vaste collectif d’écologistes, de paysans et de syndicalistes qui a lancé un mouvement de grève générale. Ledit mouvement s’étend désormais dans plusieurs villes et est assorti de fermetures de commerces.

Évalué à quatre milliards huit cents millions de dollars (environ trois milliards six cents millions d’euros), ce projet, le plus important du pays et qui est supposé se concrétiser en 2014, est un gros caillou dans la chaussure du président de gauche Ollanta Humala, au pouvoir depuis juillet et résolu à ménager à la fois l’or et l’eau, c’est-à-dire la pérennité de près de cinquante milliards de dollars (trente-sept milliards cinq cent-trente millions d’euros) d’investissements miniers du Pérou.

Ce dernier a été convié par les élus locaux a se rendre sur place mais c’est son Premier ministre Solomon Lerner qui devrait faire le déplacement si les conditions d’un dialogue sont rétablies. On en est encore loin…

Crédits photos : flickr – Carlos Daniel Gomero Correa / betoscopio
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !