NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

TDF 2010 : le parc naturel régional du Vercors tient à sa beauté

TDF 2010 : le parc naturel régional du Vercors tient à sa beauté
Caractérisé par un écosystème absolument unique, le massif préalpin du Vercors cherche à conserver son côté sauvage originel. Une nécessité qui passe par exemple par la création d’une réserve, le soutien à l’agriculture raisonnée ou encore le développement des énergies renouvelables sur le territoire environnant

Les coureurs du Tour de France traversent aujourd’hui le Parc Naturel Régional (PNR) du Vercors, écrin de biodiversité sur lequel les autorités veillent attentivement.

A mi-chemin entre les départements de la Drôme et de l’Isère, ce parc créé en 1970 s’étend sur 186 000 hectares et obéit évidemment aux préceptes du développement durable, ce qui dans les faits se traduit par toute une série de mesure qui complètent la protection de la biodiversité caractéristique de ce territoire « vert ».

Protéger la biodiversité

Le PNR du Vercors se distingue des autres massifs préalpins par l’importante variété des espèces qu’il abrite. Celle-ci s’explique à la fois par la géographie et la topologie particulière du lieu. « Coincé » entre des montagnes et des plaines des Alpes et de la Méditerranée, il fait au même titre que les forêts de Maurienne (voir aussi /sinformer/nature-voyage/tdf-2010-les-forets-de-maurienne-antre-de-la-biodiversite-vegetale,14126) partie intégrante du réseau Natura 2000, initiative européenne pour préserver et restaurer la biodiversité et les habitats. 16% du territoire du Parc sont concernés, soit un peu plus de 33 000 hectares, et neuf sites sont soumis aux directives « Oiseaux » et « Habitats », lesquelles visent respectivement la protection des oiseaux et la restauration des milieux naturels remarquables.

La Réserve Naturelle Nationale des Hauts Plateaux du Vercors, qui protège à elle seule 17 000 hectares et constitue la plus grande Réserve de France métropolitaine, a quant à elle été inaugurée en 1985. Dans ce cadre la règlementation en vigueur est extrêmement stricte puisqu’aucune route ni habitation particulière n’y a droit de cité. Une attention toute particulière est aussi portée au maintien des milieux humides, la pluviosité de la région étant relativement limitée.

Maintenir un écosystème durable

Il n’y a toutefois pas « que » sur le champ de la protection de la biodiversité que le PNR du Vercors veut être irréprochable, les autorités locales ayant également apporté leur soutien au développement de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. L’espace accidenté du parc oblige d’ailleurs les exploitants à réfléchir à deux fois avant d’exploiter le territoire du Vercors. Le milieu naturel est ainsi utilisé d’une manière optimale : les bas de pente assurent la sécurité alimentaire des troupeaux alors que les pentes fortes permettent le pâturage des génisses et des vaches laitières. Les fonds de vallée constituent en outre d’importantes réserves fourragères. Quant aux prairies d’altitude, elles sont muées en alpages collectifs. Cette topologie particulière oblige également les exploitants à une utilisation extensive du territoire. De même ils valorisent leur fumier et leur lisier pour fertiliser les parcelles. Le mot d’ordre de l’agriculture du Vercors est donc l’autoconsommation, de sorte à limiter le plus possible l’apport – difficile – des denrées extérieures.

Le tourisme n’est pas en reste et pour en limiter l’impact environnemental des règles très rigoureuses ont parallèlement été mises en place. Le balisage des sentiers est à ce titre délibérément limité et les aménagements – quelques cabanes – ont été restreints pour que les lieux conservent leur caractère sauvage. Les randonneurs sont de leur côté appelés à faire attention à leurs faits et gestes pour ne pas perturber l’harmonie ambiante et une équipe de gardes surveille en permanence la flore et la faune. Une dimension pédagogique a été ajoutée à cette mission de la plus haute importance puisqu’ils informent aussi les visiteurs sur les règles en vigueur et sur les richesses animales et végétales du site.

En plus d’apporter son soutien à des programmes de développement des énergies propres  et de diffusion de campagnes d’information, les « garants » du massif se sont enfin fixés un objectif de 55% de satisfaction des besoins énergétiques à partir d’énergies renouvelables. Une ambition d’autant plus essentielle qu’outre le respect de l’environnement et la stimulation de l’économie locale qu’elle implique elle incite également les visiteurs à contrôler leurs actes.

De façon générale cette volonté de sensibiliser à l’écologie sur le terrain permet au développement durable de se diffuser jusqu’à ces cimes qui pour certaines datent de plusieurs millions d’années. C’est beaucoup trop pour ne pas vouloir les préserver à tout prix.

Crédit photo : Flickr – fred_v
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • initiatives vercors

    A noter aussi que l’on trouve nombre d’initiatives locales sur le thème de l’écologie: la protection du Vercors appartient aussi à ses habitants, et c’est bien.
    http://www.initiatives-vercors.fr/