NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Sus au gaspillage alimentaire !

Sus au gaspillage alimentaire !
Les Français jettent en moyenne 390 kilos de déchets alimentaires par an

Sur les 390 kg de déchets que les Français génèrent en moyenne chaque année, 32 % sont de nature organique. Plus alarmant encore, 8 % des produits jetés le sont sans même avoir été touchés. L’impact des déchets sur l’environnement est pourtant considérable, alors à qui la faute ? Surtout que faire pour gaspiller moins ?

La Commission européenne a estimé que l’alimentation représentait 30% des impacts écologiques imputables à chaque citoyen. Plus surprenant, la production, la transformation et le stockage de la nourriture participeraient à hauteur de 20 % au dérèglement climatique. Les déchets engendrent en effet des émissions directes de CO2 lors de leur traitement.

Impact du traitement des déchets

Le traitement des déchets comprend différentes étapes :

- Le transport des déchets : en voiture jusqu’au parc à containers ou en camion pour les collectes en porte-à-porte.

- Le tri et/ou le recyclage, selon le type de déchet et le transport.

- L’incinération du déchet.

- La mise en centre d’enfouissement technique des déchets ultimes de l’incinération.

A chacune de ces étapes, des polluants sont émis dans l’environnement. La mise en décharge des détritus et leur élimination sont à l’origine de nombreuses nuisances. Elles touchent aussi bien l’environnement que les riverains des incinérateurs et autres décharges : contamination des sols, mauvaises odeurs, pollution atmosphérique etc.

Pour endiguer la pollution liée aux déchets, Il est donc crucial de privilégier le compostage et le recyclage, seuls moyens de récupérer la matière et de préserver les ressources. De même de petits efforts individuels permettent de diminuer considérablement les rejets individuels de CO2.

Impact du traitement des déchets :

-          Composter 30 kg de déchets organiques à la maison : 11 kilos de CO2 évités

-          Diminuer de 10 kg sa consommation de papier : 10 à 30 kilos de CO2 évités

-          Recycler une boîte de conserve en aluminium : 1,5 kilo de CO2 évité

-          Recycler un kg de plastique : 1,5 kilo de CO2 évité

-          Recycler un kg de plastique : 0,3 kilo de CO2 évité

Les bons réflexes

- La première règle pour une consommation responsable est de ne jamais faire ses courses le ventre vide. Les tentations dans les rayons du supermarché se trouvent décuplées lorsque l’estomac crie famine. Afin d’éviter de remplir son caddie de denrées superflues il est donc préférable de faire ses courses une fois rassasié.

- Faire préalablement une liste de courses et s’y tenir évite accessoirement bien des dépenses inutiles.

- Attention aux dates limites de consommation ! Bien que certains produits soient toujours consommables une fois la DLC dépassée, rien ne sert de n’acheter que des denrées à consommer dans les 2 jours.

- Acheter les fruits et légumes au détail, pour se donner la possibilité de n’acheter que la quantité dont on a besoin. Les produits préparés et individuels génèrent du gaspillage et du suremballage, en plus d’être souvent trop gras, trop copieux et trop sucrés.

- Ne pas tomber dans le panneau des promos. Les offres « deux pour le prix d’un »  visent à nous faire acheter deux fois le même produit, même si nous n’en avons pas besoin. Il est donc souhaitable de ne pas se laisser tenter par les promotions qui font souvent gaspiller le consommateur en lui donnant l’illusion d’économiser…

- Cuisiner à l’avance et congeler ses préparations est aussi un bon moyen d’éviter le gaspillage.

- Ne plus jeter les épluchures des légumes !  Fanes de carottes, épluchures de courgettes et salades flétries, accompagnées de pommes de terre, d’échalotes et d’une touche de crème fraîche peuvent faire de merveilleuses soupes, aussi originales que savoureuses.

- Ne plus craindre les pommes de terre qui germent ou virent au vert. La lumière du jour leur fait produire de la chlorophylle mais elles demeurent comestibles. Même ramollies, elles sont savoureuses, juste un peu plus sucrées. Il convient simplement de ne pas les cuire à plus de 170°, pour se prémunir contre les émanations de substances cancérigènes.
Ne pas jeter le pain rassis mais plutôt le « recycler » en pain perdu ou en chapelure.

Et que faire…

- Des chutes de pâte à tarte ? On peut les garnir de pépites de chocolat ou de confiture avant de replier les bords de façon à former un bonbon qui cuira ensuite au four une quinzaine de minutes. Garnies de fromage râpé, elles peuvent aussi faire office de torsades pour l’apéritif.

- Des chips ramollies ? Mises dans un plat au four à 200°C, elles retrouveront leur fraîcheur et leur croquant. Idem en ce qui concerne les biscottes.

A l’ère de la surconsommation, de l’usage unique et de l’abondance, le seul rempart contre le gaspillage alimentaire reste l’autodiscipline. Compostage, récupération alimentaire, consommation éco-responsable… Avec un minimum d’efforts, un soupçon de bonne volonté et d’imagination, les astuces ne manquent pas pour limiter nos déchets.

Flickr - Jacinthe Busson
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !