NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Réduction des gaz à effet de serre : Obama veut donner l’exemple

Réduction des gaz à effet de serre : Obama veut donner l'exemple
Sévèrement critiqué dans l'opinion publique internationale après l'échec du sommet de Copenhague, Barack Obama semble redresser la barre en matière de politique environnementale

Dans les semaines qui ont précédé l’ouverture du sommet de Copenhague, les observateurs avaient été interpellés par la tétanisation des Etats-Unis, lesquels ont beaucoup tergiversé sur la manière de réécrire le chapitre de leur politique climatique.

Quand bien même tout porte à croire que les lobbies ont largement influencé la plume  en l’occurrence incertaine de Barack Obama, les pages de cette partie essentielle du livre – l’obstination à ne pas ratifier le protocole de Kyoto en a témoigné – avaient été littéralement arrachées sous la présidence de George W. Bush.

Par trop tardif et timoré, le chiffrage de leurs objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) avait, lui, fortement déçu l’Union Européenne (UE). Au bout du compte, quantité d’analystes et d’associations écologistes ont fait de l’Oncle Sam le coresponsable (avec la Chine) de l’échec des pourparlers dans la capitale danoise. La thèse selon laquelle le locataire de la Maison Blanche aurait « négocié » une position complaisante vis-à-vis du Sénat lors du sommet des espoirs déçus contre son ralliement à cette réforme du système de santé à laquelle il tenait par dessus tout ne saurait en outre être catégoriquement réfutée.

« Nous avons la responsabilité de réduire notre utilisation d’énergie »

Désormais en baisse dans les sondages, Barack Obama multiplie les déclarations de bonnes intentions depuis l’imbroglio scandinave. C’est qu’aujourd’hui la première puissance économique du monde ne peut plus, pour d’évidentes questions morales, être perçue par ses pairs moins puissants comme le bonnet d’âne en écologie, une matière dont le coefficient augmente chaque année.

Parce qu’il y avait urgence à leur adresser un signal fort, l’administration démocrate a annoncé le 29 janvier dernier, comme un symbole, vouloir réduire ses propres rejets de GES de 28 % dans dix ans. Un objectif ambitieux, très supérieur à l’engagement des Etats-Unis de diminuer de 17 % leurs émissions d’ici 2020 (NDLR : par rapport à 2005) – engagement que le Sénat doit encore valider – et qui suppose des concessions d’autant plus spectaculaires qu’elle a dépensé 24,5 milliards de dollars en électricité et en fioul en 2008.

Le chef de l’exécutif américain (qui a himself dévoilé ce chiffre impressionnant) ne les a d’ailleurs pas minimisées, lui qui a déclaré que, pour l’atteindre, le gouvernement allait devoir baisser sa consommation d’énergie de l’équivalent de deux cent cinq millions de barils de pétrole (!). Cet effort monumental reviendrait par ailleurs à laisser au garage dix sept millions de véhicules pendant une année complète.

« Nous avons la responsabilité face aux Américains de réduire notre utilisation d’énergie [...] Notre but est d’abaisser les coûts, de réduire la pollution et de transférer les dépenses fédérales du pétrole vers des énergies propres et produites localement », a décrypté Washington dans un communiqué. Et de promettre : « Nous assurerons que l’administration fédérale donne l’exemple pour aller vers une économie basée sur les énergies propres ».

Relent de démagogie, alors que plusieurs politologues américains ont partiellement imputé la baisse de popularité de l’ancien sénateur de l’Illinois à son manque de populisme ? Effet d’annonce ? À moins que les hautes sphères n’aient déjà commencé à prendre, en catimini, ce pli « vert » réclamé à corps et à cris par quelques chantres des énergies renouvelables et qui pourrait augurer des jours meilleurs pour la cause climatique.

Il n’y a quoi qu’il en soit plus une seconde à perdre pour satisfaire cette velléité louable à défaut de pouvoir encore prétendre à être louée.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !